La répression se poursuit en Turquie, depuis la tentative de putsch du 15 juillet. Aucun secteur n’échappe à l’épuration ordonnée par le président Erdogan : militaires, policiers, magistrats, journalistes, enseignants et fonctionnaires sont arrêtés, révoqués ou suspendus.
erdogn

D’après des chiffres officiels, 8 651 militaires sont accusés d’être liés aux putschistes. 178 généraux ont été placés en garde à vue, soit la moitié des généraux et amiraux de l’armée, selon des chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur. Parmi eux, 87 hauts gradés de l’armée de terre, 30 de l’armée de l’air et 32 de la marine. En outre, 1 099 officiers ont également été exclus pour cause “d’indignité”, auxquels s’ajoutent 1 684 soldats renvoyés “pour conduite déshonorante”.

Le Conseil militaire suprême turc, le YAS, devrait décider de remplacer une large partie de la hiérarchie à l’issue de sa réunion qui durera une journée.

Par ailleurs, près de 300 militaires de la Garde présidentielle, soit 10 % de ce régiment, ont été mis aux arrêts au lendemain de l’instauration de l’état d’urgence. Le Premier ministre Binali Yidirim a laissé entendre que les autorités comptaient carrément démanteler ce corps d’armée.
Au niveau de la justice, des demandes de placement en garde à vue ont aussi été émises contre 2 854 juges et procureurs. Le 21 juillet, le ministère de la Défense avait annoncé la suspension de 262 juges et procureurs militaires.

• Éducation

Un décret signé par le président turc a ordonné la fermeture de 1 043 écoles privées et 15 universités liées à Fethullah Gülen. Le même décret visait 1 229 organisations et fondations caritatives, 19 syndicats, et 35 établissements médicaux.
Le ministre de l’Éducation, Ismet Yilmaz, a affirmé qu’au moins 20 000 enseignants seraient embauchés pour compenser les limogeages et suspensions de professeurs. Et pour cause, les autorités ont exigé la démission de plus de 1 577 doyens d’université, incluant tous les dirigeants des facultés d’État, et suspendu 21 738 employés de ce ministère l’Éducation.

• Fonctionnaires

Plus de 250 employés des services du Premier ministre ont aussi été mis à pied, de même que 100 responsables des services de renseignement, ainsi que près de 500 personnes travaillant au sein de l’agence des affaires religieuses, la plus haute autorité musulmane du pays. Les fonctionnaires démis ont été interdits de sortie du territoire.
En outre, alors que certains ambassadeurs turcs sont en passe d’être relevés de leurs fonctions, selon des déclarations du chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, dont le ministère a limogé, jeudi 28 juillet, 88 fonctionnaires.

• Presse

Les médias ne sont pas en reste, avec la fermeture de plus de 130 médias dont 16 télévisions, 45 journaux, trois agences de presse et 23 stations de radio, annoncée mercredi 27 juillet. Selon la chaîne de télévision privée CNN-Türk il s’agit essentiellement de médias de province, mais aussi de certains médias à diffusion ou audience nationale. L’agence de presse Cihan fait partie de ceux-ci, aux côtés de la télévision pro-kurde IMC TV et du quotidien d’opposition Taraf.
En outre, 15 magazines et 29 maisons d’édition ont été fermés, selon une annonce du gouvernement publiée dans le Journal officiel.
Ankara a lancé également mercredi des mandats d’arrêt à l’encontre de 47 journalistes. Il s’agit d’ex-employés du quotidien Zaman, mis en cause en raison de leurs liens supposés avec le réseau de l’imam Fethullah Gülen. En début de semaine déjà, 42 journalistes ont fait l’objet de mandats d’arrêt, dont un célèbre commentateur, et ancien parlementaire, Nazli Ilicak.

• Entreprises liées à l’État

La compagnie aérienne nationale turque Turkish Airlines a renvoyé plus de 100 employés, notamment dans le management et le personnel navigant, en raison de leurs liens supposés avec les putschistes du 15 juillet, tandis que l’opérateur Turk Telekom, détenu

Anderson Koné
Burkina Demain
Source: le monde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici