Les conférenciers ont affirmé l'engagement de la Chambre des mines du Burkina au développement du secteur minier du pays

La Chambre des mines du Burkina (CMB) vient de renouveler les membres de son conseil d’administration, à l’issue de sa quatrième assemblée générale ordinaire tenue ce 16 janvier 2017 à Ouagadougou. Après sa mise en place, le nouveau bureau de la CMB présidé par Tidiane René Barry, directeur des affaires corporatives d’Iamgold Essakane Sa, a animé un point de presse pour décliner ses ambitions.

Tidiane René Barry, nouveau président de la Chambre des mines du Burkina
Tidiane René Barry, nouveau président de la Chambre des mines du Burkina

Face à la presse se trouvaient les premiers responsable et quelques membres du nouveau bureau du conseil d’administration de la Chambre des mines du Burkina (CMB) mis en place ce lundi 16 janvier 2016 à Ouagadougou, à l’issue de la quatrième assemblée générale ordinaire du de la CMB. Il s’agit du président, Tidiane René Barry, directeur des affaires corporatives d’Iamgold Essakane Sa ; de vice-président Laurent Michel Dabiré, directeur des affaires corporatives de SEMAFO ; de la secrétaire à la promotion du genre Aïda Tamboura, présidente de l’Association des femmes du secteur minier du Burkina et du doyen Cyrille Kabré du KC Consulting. Fraîchement élus, l’objectif principal des conférenciers était de se présenter et de décliner leurs ambitions pour le secteur minier du Burkina Faso.

916 milliards de francs CFA de contribution directe au budget de l’Etat

Abordant le rôle de la CMB, le nouveau présidentassure que la Chambre des mines n’a eu de cesse de réfléchir sur les mécanismes pour une meilleure contribution du secteur des mines au développement du Burkina Faso dans le cadre, dit-il, «d’un partenariat gagnant-gagnant».

«De 2008 à 2015, le secteur minier a apporté près de 916 milliards de francs CFA de contribution directe au budget de l’Etat. Cette contribution directe est certes appréciable mais elle reste marginale comparée aux retombées indirectes des mines au Burkina Faso, notamment dans les emplois, la fourniture des biens et services et les investissements sociaux. Nous acteurs privés du secteur minier avons coutume de dire qu’une mine est un gisement d’opportunités à saisir», confie Tidiane René Barry. Et le vice Laurent Michel d’ajouter : «un emploi dans le secteur minier, c’est 4 à 5 emplois de créés indirectement».

Les priorités du nouveau bureau de la CMB

Les conférenciers ont affirmé l'engagement de la Chambre des mines du Burkina au développement du secteur minier du pays
Les conférenciers ont affirmé l’engagement de la Chambre des mines du Burkina au développement du secteur minier du pays

Entre autres priorités, le nouveau bureau de la Chambre des mines du Burkina entend d’abord œuvrer à la poursuite de l’ancrage institutionnel de la CMB, qui reste une jeune association dans un secteur  minier relativement récent. La nouvelle travailler dans ce cadre à rendre plus opérationnel le secrétariat exécutif afin que la CMB continue d’être véritablement une forte de propositions au service du secteur minier et du développement socio-économique pays. L’autre priorité, c’est la communication qui devrait être permanente aussi à l’interne qu’à l’externe dans la perspective d’instaurer un climat propice aux activités minières. L’équipe Barry est déjà partante pour la suite des réflexions en vue de la mise en place d’une convention collective sectorielle, censée favorisée la prise en compte des préoccupations salariales et matérielles des travailleurs du secteur.

Pas de polémiques

La présente conférence de presse a étaient l’occasion pour les journalistes d’avoir l’avis des responsables du nouveau bureau de la CMB sur un certain nombre de sujets quelque peu délicats, à entendre les conférenciers. Ainsi, sur la question de l’adoption des 7 décrets d’application du code minier de 2015, le président Barry assure n’avoir pas de commentaires à faire pour l’instant et dit attendre de recevoir la dernière mouture du texte avant de donner son avis. Concernant le procès contre l’Etat dans l’affaire Tambao, Tidiane René fait également preuve de prudence, assurant qu’il n’est pas qualifié pour se prononcer sur cette affaire qui est déjà prise en charge au niveau. Mais, il laisse quand même entendre que ce genre de procès impliquant des investisseurs n’est pas de nature à attirer des investisseurs dans le pays.

Hommages au président sortant et au SG défunt

Un hommage a été rendu au président sortant de la CMB, Dr Elie Justin Ouédraogo
Un hommage a été rendu au président sortant de la CMB, Dr Elie Justin Ouédraogo et…
...et au défunt sécrétaire général Aboubakar Sadiku
… au défunt secrétaire général Aboubakar Sadiku

La présente conférence a par ailleurs permis au président entrant de la CMB de rendre un vibrant hommage  à son prédécesseur, Dr Elie Justin Ouédraogo. «Son aura, sa sagesse et son expérience ont fait de notre jeune chambre, une institution dont la voix porte et compte au Burkina Faso», a indiqué Tidiane René Barry.

Hommage a également été rendu au défunt secrétaire général de la Chambre des mines, en l’occurrence Aboubakar Sidiku, décédé le 30 novembre dernier à Paris, en France.

La Chambre des mines du Burkina a six ans. Elle  a été portée sur les fonts baptismaux en juillet 2011 dans une perspective de renforcement des acquis de l’ancien groupement professionnel des miniers du Burkina créé en 1996.

Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.