Les militants du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) ont bouclé, ce jeudi 13 juin 2019 à Ouagadougou, leur second jour de sit-in par une marche jusqu’à la Primature pour délivrer un message clair au gouvernement sur leur détermination à faire en sorte que les médias publics du pays-Sidwaya et RTB- accèdent plus rapidement au statut de sociétés d’Etat telles que le prévoient les dispositions de la loi du 4 septembre 2015.

Pour les responsables et militants du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), il n’est plus question de perdre du temps sur la mise en œuvre des dispositions de la loi du 4 septembre 2015 portant transformation des médias  Sidwaya et RTB en sociétés d’Etat.

Pour exprimer leur détermination sur la question, ils ont marché ce jeudi 13 juin en direction de la Primature où ils ont remis un message à l’endroit des autorités. Cette marche marque la fin de ce sit-in d’avertissement des 12 et 13 juin 2019.

«Non à la remise en cause des acquis de l’insurrection populaire», pouvait-on lire entre autre sur les pancartes des marcheurs du SYNATIC.

A écouter le secrétaire général adjoint du Synatic, Aboubacar Sanfo, ‘’trop, c’est trop’’. Il faut que le gouvernement aille sans plus attendre à cette transformation, érection de Sidwaya et de la RTB en sociétés d’Etat, conformément au protocole du 29 décembre 2016 signé avec le SYNATIC. Et qu’aux termes dudit protocole, l’Etat devrait verser intégralement la taxe de soutien au développement des activités audiovisuelles aux médias publics et les doter de moyens de fonctionnement adéquats pour leur permettre d’assurer la mission de service public à eux confiée.

Alors que du gouvernement, l’on pense que toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour y aller. D’où cette sorte de bras-de-fer.

Affaire à suivre…

Ousmane Bichara Tichero

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.