Je suis le Burkina de tous temps

La Patrie de l’espoir et des battants

Je suis oint d’intégrité pour aller loin,

Dans tout le Faso et ses recoins

Je suis le Faso, cet héritage !

Je n’en céderai aucune parcelle

J’y arriverai avec mes ‘il’ et mes ‘elle’,

A cheval de solidarité et de partage

 

Je n’oublie pas le 5 septembre 1932 : la scission !

Le 4 septembre 1947 : La reconstitution !

Et ce grand jour de 5 août 1960 : l’indépendance !

Du Nord au Sud, que je suis fait de résilience !

 

Je garderai mon héritage précieux intact, à l’africaine

Je préserverai le 4 septembre 1947, d’ici l’Union Africaine

Je ne négocierai pas la liberté acquise au prix de sang

Je peux me rappeler le vent d’espoir du 4 août 1984

 

A la jeunesse, je céderai cet héritage en un seul pack

Que mes enfants s’en souviennent même à Pâques !

Qu’ils en parlent à la Nuit du Destin !

Il y va de notre commun destin !

 

Je suis une soixantaine d’ethnies intégrées

Je compte sur des alliances longtemps enracinées

Je veux croire aux prédictions de Sankara

Je garderai à l’esprit : Nan lara An’sara !

 

Je ne connais pas de Musulmans ni de Chrétiens

Je ne me connais pas d’Animistes ni de Païens

Que des burkinabè et des burkinabè,

La somme d’une riche culture diversifiée

               

Je vaincrai le terrorisme, vaille que vaille, des deux mains

Aujourd’hui, ce sera grâce à la force de ma jeunesse au front

Mais, seule l’éducation d’aujourd’hui arrête le terrorisme de demain,

Non sans justice et bonne gouvernance profondes

 

Je combattrai de cœur avec respect, sans peine

Pour rayonner par l’amour, de toux feux, sur la haine

Dans cet élan, je ne perdrai pas mon hospitalité de toujours

Je triompherai par la paix sur l’ennemi pour toujours

 

Je suis la Nation indivisible

Je suis la Patrie invincible

Je sais me passer des forces du mal et des corrompus

Mon intégrité et mon patriotisme seront sus !

  

Je vaincrai par la détermination de mes soldats au combat

Mais avant tout de l’intégrité de mes fonctionnaires au pas

Toujours avec le sacrifice de nos paysans et de nos mères

Et surtout par ma jeunesse loin de l’oisiveté et la misère.

 

Des fonds détournés laisseront mes hommes sans armes,

Face à des ennemis surarmés, pour que fondent mes mères en larmes

Je ne peux me le permettre sur la terre de l’homme intègre !

Servir et non me servir sera bien pour mon mieux être !

 

De Sun Tzu à Samory Touré, la seule force n’a pas tout réglé

Le Burkina Faso a besoin de moi

De mon Commerce ou de mon Fonctionnariat, je lui donnerai de mon intégrité

Je suggère à mon pays l’éducation, la justice, la bonne gouvernance et le développement contre le terrorisme.

               

                                                                                                                                

    Badosa de KANDOWA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici