Les officiels et les participants posant pour la postérité à l'ouverture du 3ème forum des acteurs de la société civile du secteur des énergies renouvelables

Ouagadougou abrite ces 23 et 24 septembre 2021 le troisième forum des acteurs de la société civile du secteur des énergies renouvelables. Forum organisé conjointement par le Centre d’études et d’expérimentations économiques et sociales de l’Afrique de l’Ouest-Association Internationale (CESAO-AI) et la Coalition nationale de la société civile pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable au Burkina Faso (CNPDER BF), dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Participation de la société civile des pays francophone d’Afrique de l’Ouest aux pilotages des initiatives africaines sur les énergies renouvelables en Afrique (PaSCOP/ARI).

C’est le directeur de cabinet du ministre de l’énergie, des mines et des carrières, Idrissa Konditamdé (au milieu) qui a présidé la cérémonie

C’est dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Participation de la société civile des pays francophone d’Afrique de l’Ouest aux pilotages des initiatives africaines sur les énergies renouvelables en Afrique (PaSCOP/ARI) que Ouagadougou abrite les 23 et 24 septembre 2021, le forum national des acteurs de la société civile du secteur des énergies renouvelables.

L’ouverture présidée ce jeudi par Idrissa Komditamdé, directeur de cabinet du ministre de l’énergie, des mines et des carrières a commencé par le mot de bienvenue du directeur de CEAS Burkina Henri Ilboudo.

Un taux de 17% des énergies renouvelables dans le mix énergétique

Pour Idrissa Komditamdé, représentant du ministre de l’énergie, des mines et des carrières Dr Bachir Ouedraogo, la part des énergies renouvelables connaissent un accroissement dans notre pays mais le gouvernement à lui seul ne peut pas tout faire.  D’où de ce genres d’initiative qui viennent appuyer le gouvernement dans ses efforts en matière d’énergies durables.

«Jusqu’à présent, l’accent au Burkina Faso était mis sur les énergies conventionnelles à travers l’utilisation des hydrocarbures, ce qui faisait que le cout du kw  était très cher  mais avec l’avènement des énergies renouvelables, nous avons eu une énergie plus propre, qui pollue moins et qui présente un coût abordable », a-t-il poursuivi en précisant que la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique au Burkina Faso est de 17%.

Dans le cadre d’une dynamique régionale

Dramane Coulibaly (extrême gauche), coordonnateur régional du CESAO-AI, au cours de son intervention à l’ouverture du forum

Selon Dramane Coulibaly, coordonnateur régional du CESAO-AI, le leadership du Burkina est reconnu en matière d’énergies renouvelables et ce forum intervient dans une dynamique régionale des actions du CESAO. Et de souhaiter que les pays de la sous-région puissent travailler à ce que l’initiative africaine soit un succès.

Présentant son organisation, le Centre d’études et d’expérimentations économiques et sociales de l’Afrique de l’Ouest-Association Internationale (CESAO-AI) créé en 1960 ; le coordonnateur Coulibaly a indiqué qu’il avait pour mission : «Travailler à un développement économique et social du milieu rural et péri-urbain en renforçant les capacités des acteurs locaux à s’auto promouvoir et à construire un environnement de paix, de justice, de tolérance et de solidarité». Aujourd’hui, c’est un centre d’excellence doté de plus de 60 ans d’expérience capitalisée dans l’appui au développement, intervenant sur 3 axes principaux :  la promotion des initiatives de développement ; la gestion des connaissances et diffusion de bonnes pratiques et le plaidoyer et animation de réseaux et plateformes.

La présence des pouvoirs publics aux côtés des OSC relevée

Henri Ilboudo, directeur de CEAS Burkina, a souhaité la bienvenue aux participants du forum

Le directeur du CEAS Ilboudo a souligné la présence des autorités du ministère de l’énergie aux côtés des acteurs de la société civile dans le cadre de leur lutte pour plus d’accès des populations aux services énergétiques.

Et à entendre Charles Didace Konseibo, président de la Coalition nationale de la société civile pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable au Burkina Faso (CNPDER BF), les lignes ont quelque peu bougé sur le front des énergies renouvelables avec l’accompagnement des pouvoirs publics et a souhaité plus d’engagement encore pour meilleurs résultats sur le terrain.

Préoccupations centrales au menu du forum

Pour le président de la CNPDER BF, Charles Didace Konseibo, les lignes sur le front des énergies renouvelables ont certes bougé, mais encore assez

Au menu des discussions du 3ème forum des acteurs des OSC du secteur des ER  du Burkina Faso, ces préoccupations centrales : comment les acteurs de la société civile peuvent s’organiser pour porter au mieux le plaidoyer pour les énergies renouvelables aux échelles nationale et régionale ? ; comment se mettre au niveau d’information et en synergie pour une meilleure contribution à la réussite des initiatives africaines en matières d’énergies renouvelables ?

Le présent forum national des énergies renouvelables, troisième du genre, intervient à la suite de ceux de 2020 et de 2019 et réunit une quarantaine de participants.

Hioua Eric Bassolé

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.