Les principaux producteurs et exportateurs de pétrole d'Afrique sont réunis à Luanda en Angola en vue de chercher des solutions d’accroissement des investissements dans le secteur pétrolier et la transition énergétique

Les principaux producteurs et exportateurs de pétrole d’Afrique se réunissent jusqu’à ce jeudi 19 mai 2022 à Luanda en Angola.  Ils cherchent des solutions pour accroître les investissements dans le secteur pétrolier et la transition énergétique.

«Beaucoup de choses se sont passées dans le monde aujourd’hui pour nous faire croire qu’ils ne sont pas sérieux au sujet de la transition énergétique parce que lorsque la sécurité de l’intérêt national, la sécurité énergétique est menacée, ils oublient toute transition et ils viennent demander plus de pétrole et de gaz et même de charbon », a déclaré Omar Ibrahim, Secrétaire général de l’Organisation des producteurs de pétrole africains.

«Nous sommes une entreprise multi-énergies avec une ambition très claire d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Cela signifie que nous n’allons pas arrêter la production de gaz et de pétrole, clairement pas, parce que c’était notre Business pendant plusieurs années. Nous allons continuer, mais nous allons continuer à le faire différemment, avec des projets à faible coût et à faible émission de carbone.

C’est important et ce sera toute notre stratégie en Angola et en Afrique », a expliqué Olivier Jouny, Secrétaire général de Total EP Angola. Le manque d’investissements dans le secteur pétrolier et gazier africain au cours des dernières années a entraîné une forte baisse de la production.

Avec l’embargo partiel sur le pétrole et le gaz russes, l’OPEP et ses alliés s’étaient fixé comme objectif de conquérir une plus grande part du marché mondial.

Mais cela ne s’est pas produit. En mars, l’Angola et le Nigeria, selon les données de l’OPEP, ont représenté près de la moitié du déficit de l’offre de pétrole sur le marché mondial.

Pourtant, le Nigeria l’assure, les conséquences des tensions politiques entre la Russie et l’Ukraine n’ont pas affecté l’industrie locale. « Il ne fait aucun doute que les tensions politiques entre la Russie et l’Ukraine ont provoqué des perturbations de l’approvisionnement sur le marché et qu’il y a donc une pénurie d’approvisionnement sur le marché, mais cela n’affecte pas le Nigeria parce que nous avons un pétrole brut de haute qualité, qui est toujours demandé par le marché pour être mélangé à d’autres productions de pétrole brut dans le monde», a déclaré Mele Kyari, directeur général du groupe, Nigerian National Petroleum Corporation.

L’une des conclusions qui ressort de ce congrès est que, pour l’instant, les grands pays producteurs de pétrole en Afrique ne produisent pas assez pour répondre à la demande résultant de l’embargo russe sur le pétrole et le gaz. Mais ils admettent qu’il y a un plus grand intérêt des investisseurs pour le secteur du pétrole et du gaz en Afrique.

Florine Mouano

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.