Selon une enquête du Réseau national des consommateurs du Faso (RENCOF) dont les résultats ont été présentés à la presse ce jeudi 16 juin, il faut vraiment s’inquiéter de l’eau vendue dans les sachets dans la capitale burkinabè car, «Ouagadougou, l’eau n’est plus source de vie mais plutôt mort».

Selon les résultats de l’enquête du RENCOF, «Seulement 2 marques d’eau produites dans la région du Centre (…) respectent les conditions prescrites et méritent d’être vendues». Un constat qui fait froid dans le dos quand on sait que beaucoup de Ouagalais, surtout en temps de canicule, se rabattent sur ces sachets d’eau douteuse qui sont ainsi prisées.

En attendant d’en savoir davantage sur la portée scientifique de ses résultats, cette enquête du RENCOF a déjà le mérite de rappeler aux Ouagalais et aux Burkinabè de faire attention à ce qu’ils boivent, relançant le débat sur le lien eau de boisson en sachet et santé publique. A ce niveau, le laboratoire national de santé publique habilité à contrôler et certifier de la qualité de l’eau fabriquée et vendue par des unités industrielles est interpellé.

Il doit s’auto- saisir de cette question et tirer les choses au clair. Si le RENCOF en est arrivé à ces résultats inquiétants pour la santé publique, c’est que beaucoup d’opérateurs agréés ne respectent pas leurs conventions d’exercice. Et si c’est le cas, c’est que le Laboratoire national de santé publique, s’est fait avoir et doit désormais veiller au grain.

Par ailleurs, si ce qu’avancent les enquêteurs du RENCOF est authentique, les citoyens gagneraient peut-être à boire l’eau de l’Office national de l’eau et de l’assainissement qu’ont consommé sans problème de nombreuses générations de Burkinabè avant que ces unités industrielles d’eau peu recommandables ne poussent comme des champignons dans le capitale et  dans des villes à l’intérieur du pays.

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.