Les réserves minières sont estimées à 39,600 tonnes d’or brut

La société OREZONE BOMBORE SA qui était depuis quelques temps dans les starting-blocks va pouvoir passer à l’action dans son projet d’exploitation minière. Le gouvernement burkinabè vient de lui octroyer un permis d’exploitation industrielle. C’était lors du conseil des ministres du 11 août 2016.

Les réserves minières sont estimées à 39,600 tonnes d’or brut
Les réserves minières sont estimées à 39,600 tonnes d’or brut

C’est assurément un grand pas qui vient d’être franchi dans le cadre du projet d’exploitation de la mine d’or de la société OREZONE BOMBORE SA à qui le gouvernement a accordé le 11 août dernier un permis d’exploitation. «Le Conseil a marqué son accord pour l’octroi du permis d’exploitation industrielle de la mine d’or à la société OREZONE BOMBORE SA». Cette phrase devrait certainement mettre du baume au cœur des acteurs du projet minier, qui était dans les pipelines depuis quelque temps et attendait le feu des autorités pour un démarrer.

Le projet minier en chiffres

La mine d’or OREZONE BOMBORE est située dans la commune de Mogtédo, province du Ganzourgou dans la région du Plateau Central, à une quarantaine de kilomètres de Ouagadougou. Les réserves minières sont estimées à 39,600 tonnes d’or brut et couvrent une superficie de 25 km² pour une durée d’exploitation d’environ 10 ans.
En termes de lutte contre le chômage, l’exploitation du gisement permettra de générer 957 emplois pendant la construction et 657 emplois directs permanents durant l’exploitation. Les recettes fiscales quant à elles, sont estimées à 158 239 891 842 de francs CFA.
«c’est un projet que nous comptons exploiter en trois phases en partant du nord vers le sud, qui va coûter à peu près 204 milliards de francs CFA et dans lequel le plan d’action de réinstallation va coûter pas moins de 10 milliards de francs CFA et les mesures d’accompagnement des populations riveraines environ 900 millions de francs. Donc c’est en somme un gros projet pour le pays», nous confiait le 26 mai dernier le directeur à l’exploitation de OREZONE BOMBORE SA, Ousséni Derra, lors de la cinquième édition du SEMICA.

Une communication publique en amont

La société OREZONE BOMBORE SA n’est pas encore très bien connue du grand public. Pour autant, ses responsables ne sont pas restés inactifs. Ils ont mené en amont une communication publique. Ils ont participé aux dernières éditions du Salon international de l’énergie, des mines et des carrières (SEMICA).
«Nous avons été conviés. Nous, nous ne sommes pas dans la publicité mais étant donné que c’est un salon pour la promotion de l’énergie et des mines, surtout pour les mines ; nous avons tenu à être présents. L’objectif ici pour nous, c’est de présenter notre projet au public. Et nous sommes satisfaits au vu de l’affluence. Beaucoup de personnes ont visité notre stand», nous a confié le DE Derra lors de la 5e édition du SEMICA tenue du 26 au 28 mai 2016 à Ouagadougou.

Début de l’exploitation dans le 1er trimestre de 2017

La société OREZONE BOMBORE SA dispose à présent d’autorisation pour exploiter sa mine. Pour autant l’exploitation proprement dite ne devrait pas commencer avant le 1er trimestre de 2017. Le processus de construction de la mine est en cours depuis plusieurs mois. Un processus qui devrait prendre 21 mois, à en croire le directeur à l’exploitation, Ousséni Derra.
«A la fin de la construction, je pense que la mine pourra être exploitée et c’est une mine qui va avoir au moins autour de 11 ans de vie». BOMBORE SA est une société de droit burkinabè.

Grégoire B. Bazié
Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici