La DG de la DGPML, Aminata Nacoulma, entourée des collaborateurs au cours de la conférence de presse

Les responsables de la Direction générale de la pharmacie, du médicament et des laboratoires (DGPML) sont formels : «Il n’y aura pas de rupture de médicaments», avec la crise à la CAMEG. Ils l’ont affirmé ce vendredi 7 octobre 2016 à Ouagadougou, au cours d’un point de presse.

La  DG de la DGPML, Aminata Nacoulma, entourée des collaborateurs au cours de la conférence de presse
La DG de la DGPML, Aminata Nacoulma, entourée des collaborateurs au cours de la conférence de presse

«Des dispositions ont été prises pour faire face à cette situation de crise qui perturbe le système d’approvisionnement national en produits de santé», a rassuré ce vendredi la directrice générale de la DGPML, Dr Aminata Nacoulma.
A l’en croire, pas donc d’inquiétudes à se faire pour les consommateurs quant à une éventuelle rupture de l’approvisionnement du pays en médicaments. Elle a aussi exclu augmentation des prix des médicaments
Mais, Aminata Nacoulma a reconnu que la CAMEG avait des difficultés à satisfaire l’ensemble des items des commandes des Dépôts répartiteurs de districts (DRD) et certaines ruptures en produits de santé.

536 millions de francs CFA de produits en phase de livraison

La directrice de la DGPML a confié que quatre marchés d’une valeur de plus de 536 millions FCFA étaient en phase d’exécution, avec comme délai de livraison le 27 octobre 2016. Elle par ailleurs confié que des commandes de 2015 d’une valeur globale de plus de 641 millions FCFA n’avaient pas encore été livrées par la CAMEG.
L’une des principales missions de la DGPML est de veiller à la disponibilité des produits de santé efficaces, sûrs, de qualité et accessibles à l’ensemble des populations.

Mathias Lompo
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.