L’artiste musicien Jah Lee a présenté, ce vendredi 23 décembre 2016 à Ouagadougou, son deuxième Album baptisé: « Amour ». jah-lee

C’est un Maxi de quatre titres, riche de thématiques diverses qui se laisse écouter à travers une rythmique variée : reggae, ragga, afrobeat et zouglou.

Selon Jah Lee, le titre « les gos du Faso » fait cas du matérialisme de la gent féminine, un phénomène qui prend de l’ampleur. Le titre « Djarabi» pointe du doigt, l’attitude des parents qui s’opposent à l’union de leurs enfants avec des personnes de religions différentes.
Avec le titre «enfants de la rue», l’artiste s’érige en avocat défenseur des futurs hommes de demain.
A travers «Enesto Djedjé», Jah Lee rend hommage à un artiste ivoirien disparu qui a bercé son enfance.
Jah Lee entend donner de son temps et de son énergie pour promouvoir son opus au Burkina Faso et dans la sous-région.

Entièrement enregistré au Studio Berger Africa de l’artiste Aly Verhutey et arrangé par Kiemtoré Georges dit Georgy Devarieux, l’album a bénéficié de la touche d’artistes talentueux comme Raïssa Compaoré, Nana Pacôme et Iron Bender.

En rappel l’artiste-musicien Jah Lee a entamé sa carrière musicale dans les années 1990, avec l’avènement du Zouglou en Côte d’Ivoire, où il est né. Il a mis sur le marché discographique un premier album de 10 titres en 2008 baptisé « Paix ».
Présentement, Jah Lee, de son vrai nom Monsiké Sidé, travaille au quotidien d’Etat Sidwaya.

Anderson Koné
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.