A 55 ans, Amina Mohamed se porte candidate à la présidence de la Commission de l'Union africaine

Amina Mohamed est ministre des Affaires étrangères du Kenya depuis 2013. Candidate à 55 ans à la présidence de la Commission de l’Union africaine, elle décline dans cette tribune sa vision du développement de l’Afrique à partir du potentiel de sa jeunesse.

A 55 ans, Amina Mohamed se porte candidate à la présidence de la Commission de l'Union africaine
A 55 ans, Amina Mohamed se porte candidate à la présidence de la Commission de l’Union africaine

«Lutter contre le chômage chez les jeunes: Comment saisir l’opportunité de la jeune population africaine?

L’Agenda 2063 appelle à une Afrique où le développement est axé sur les personnes, libérant le potentiel de ses femmes et de ses jeunes. Comment empêcher le chômage d’être le frein à la libération de ce potentiel ?

La jeunesse africaine représente à la fois une opportunité et un défi. 41% de la population africaine est âgée de moins de 15 ans. D’ici à 2035, plus de personnes atteindront l’âge actif (15-64 ans) sur le continent que le reste du monde. Ce prétendu «dividende démographique» est une occasion massive d’accroître la productivité et la croissance économique. Cependant, cela représente aussi des défis pour le progrès social et la stabilité, car les jeunes marginalisés – politiquement, économiquement ou socialement – peuvent exercer une pression accrue sur des ressources déjà tendues et devenir vulnérables à l’extrémisme et au comportement criminel

Des villes comme Lagos regorgent actuellement d’importantes couches de jeunes mais qui sont sous-employés, car la croissance de la population dépasse celle des opportunités économiques. Ces défis sont complexes mais peuvent être résolus, et nous ne devons pas tarder à les aborder – «les jeunes sont notre avenir», le refrain est bien connu, mais nous ne devons pas oublier qu’ils sont aussi une grande partie de notre présent.

Les pays africains doivent adopter des politiques adéquates et créer des structures institutionnelles pour exploiter ce potentiel des jeunes. Les structures sociales, politiques et économiques telles que la qualité et la santé abordable, l’éducation, les compétences et la formation, les libertés politiques, l’inclusion et l’accès à l’information catalyseront la transition de la croissance démographique à l’avantage démographique.

Le chômage des jeunes, l’un des plus grands défis de l’Afrique

Le chômage freine le potentiel de la jeunesse africaine et nous oblige à chercher au-delà de l’élargissement de l’accès à l’éducation. Le chômage continu des jeunes, qui se situe actuellement à environ 50% sur l’ensemble du continent, est l’un des plus grands défis auxquels le continent est confronté. À ce jour, de nombreux pays ont tenté de relever ce défi en élargissant l’accès à l’éducation. Cependant, il est de plus en plus évident que nous devons non seulement assister à la quantité de notre éducation, mais aussi à sa pertinence pour les employeurs. Partout au continent, les employeurs se plaignent que les jeunes qui quittent l’école ou l’université ne possèdent pas les compétences dont ils ont le plus besoin – les compétences non techniques, en particulier – alors que les étudiants se trouvent déçus et en colère lorsqu’un investissement souvent douloureux et un sacrifice pour leur éducation les laissent sans emploi rémunérateur. Nous devons compléter les investissements existants en matière d’éducation par un écosystème de programmes d’appariement qui travaillent directement avec les employeurs afin de cerner leurs besoins et d’aider les jeunes à les atteindre et les surpasser – en particulier dans les secteurs susceptibles d’employer un grand nombre de jeunes, (TIC).

Comprendre les défis des jeunes

De plus, nous devons faire davantage pour comprendre les défis particuliers auxquels les jeunes sont confrontés lorsqu’ils s’engagent dans l’entreprenariat et aider à développer les petites entreprises qui représentent une grande partie de la création d’emplois sur le continent – en ajoutant un seul emploi à 15% Par exemple, pourrait faire baisser le chômage de plus de quatre points de pourcentage. Tous les jeunes ne devraient pas être des entrepreneurs, mais nous devons reconnaître et célébrer ceux qui construisent des entreprises qui renforcent la résilience de leurs familles, de leurs communautés et de leurs pays.

Aider les jeunes à s’adapter à leur continent en évolution

Au-delà de l’économie, nous devons nous attaquer aux questions d’identité et d’appartenance pour aider les jeunes à s’adapter à un continent en évolution. L’Afrique est le continent le plus rural et le plus urbanisé. Au fur et à mesure que les jeunes se déplacent vers des villes et des villes qui changent rapidement, où les hiérarchies et les traditions établies sont remises en question, elles cherchent de nouvelles façons d’appartenir et de se comprendre. Surtout lorsqu’ils sont jumelés à une marginalisation économique, cela peut les rendre vulnérables à des idéologies dommageables, comme l’extrémisme violent, qui offrent un sentiment de communauté et d’identité.

Il est urgent d’articuler et de communiquer un récit passionnant sur ce que signifie être jeune et africain au XXIe siècle et de retrouver la magie d’une identité panafricaine qui a balayé le continent dans les années 50 et 60 et a dynamisé la Fondation Pères et Mères d’organisations telles que l’Union Africaine. En tant que tel, l’histoire et le patrimoine africains devraient être introduits dans la formation et l’éducation de la petite enfance et élargis pour répondre aux besoins de connaissance de nos jeunes tout au long de leur vie scolaire.

Investir davantage dans la jeunesse

Nous devons également investir davantage dans la jeunesse et protéger leurs inventions novatrices. Ce sont des moments exceptionnels pour l’Afrique. Ces dernières années, nous avons été témoins de la ténacité, du dynamisme, de la détermination et de la détermination de la jeunesse africaine.

Nos jeunes créent et utilisent des opportunités qui continuent de servir le bien-être et la dignité de nos citoyens. Ils tirent pleinement parti des progrès de la technologie de l’information et de l’ère numérique pour mettre au point des solutions novatrices et transposables pour sortir les communautés de leur vulnérabilité et de leurs extrêmes besoins.

En tant que forces vives du plus jeune continent du monde, nos jeunes continuent de définir l’avenir et détermineront notre croissance et notre succès. Pour libérer le potentiel innovateur de nos jeunes, nous devons mettre l’accent sur la création de centres d’innovation fonctionnelle à travers le continent où les idées ingénieuses peuvent être incubées et éventuellement commercialisés. L’Afrique a connu une énorme perte intellectuelle en raison de l’absence de structures de protection de la propriété intellectuelle, mais seules les idées protégées peuvent être monétisées.

                      Eliminer les goulots d’étranglement

Nous devons également intégrer les pôles d’innovation dans l’architecture de protection de la propriété intellectuelle nationale, continentale et mondiale pour que nous puissions bénéficier de l’innovation.

Nous devons éliminer les goulots d’étranglement entravant la pleine participation des femmes aux processus économiques de l’Afrique. En dépit d’être un facteur critique de la main-d’œuvre productive en Afrique, les femmes sont encore marginalisées et exclues de la pleine participation économique. Les normes traditionnelles et les valeurs culturelles sont quelques-uns des moteurs de l’inégalité entre les sexes, compromettant le plein potentiel productif des femmes.

Pour que les femmes participent à la prise des décisions

Des dispositions institutionnelles doivent être prises pour que les femmes participent aux processus de prise de décisions et accèdent à l’information, au capital et aux occasions d’affaires.

L’investissement dans les statistiques de genre est également essentiel pour s’assurer que les politiques sont alignées sur les besoins et les données probantes et évaluées par rapport aux données de base définitives.

Selon le Compendium des statistiques de genre de l’UNECA en Afrique, seulement 7 des 33 pays sondés (Kenya, Éthiopie, Rwanda, Tanzanie, Ouganda, Zambie et Zimbabwe) financent directement des statistiques par sexe par le biais de lignes budgétaires nationales.

Si nous voulons une croissance stable, inclusive et durable, nous ne pouvons pas nous permettre d’aliéner la moitié de la population de nos processus économiques. »

Amina Mohamed, Ministre  des Affaires Etrangères du Kenya, Candidate à la présidence de la Commission de l’Union africaine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.