La coordination nationale du Collectif syndical de la Confédération générale de travail du Burkina (CGTB) a tenu une rencontre, le samedi 28 janvier 2017 à Ouagadougou, avec les membres des bureaux des différents organes du collectif. Objectif, harmoniser les points de vue des participants sur les grandes questions qui caractérisent le monde d’aujourd’hui et la situation nationale. bazie

Pour le porte-parole du Collectif syndical CGTB, Bassolma Bazié, par ailleurs Secrétaire général de la CGTB, le Burkina Faso est un pays néocolonial arriéré, dont les dirigeants sont des valets locaux du système impérialiste international. «A ce titre, ils mettent en œuvre des décisions politiques économiques et sociales qui sont décidées en dehors du pays. Ce qui engendre des conséquences dramatiques sur la vie de nos populations», a-t-il dit, en indiquant que la question de l’indépendance politique, économique, sociale, culturelle et militaire du Burkina reste toujours posée.

Selon lui, le Plan national de développement économique et social (PNDES) n’est qu’une variante des Programmes d’ajustement structurel (PAS) appliqués depuis les années 1992 au même titre que le Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) et la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD).

Rappelant les conséquences des PAS et les privatisations qui ont occasionné des pertes d’emplois, le secrétaire général de la CGTB a annoncé que le PNDES va connaître le même sort. Son explication, le fait de mettre en œuvre ce programme, financé par les bailleurs sur la base de dettes, sans travailler à ce qu’il y ait une gouvernance vertueuse, débouchera sur des détournements. Ainsi a-t-il appelé ses camarades à élever leur niveau de conscience politique. Puis, il les a invités à rester sur le pied de guerre et à mettre tout en œuvre pour renforcer l’Unité d’action syndicale (UAS) pour inscrire la lutte dans la vision de l’ensemble du peuple. De son avis, le gouvernement «friand» des fuites en avant, n’a pas une volonté politique d’améliorer de façon conséquente les conditions de vie des travailleurs.

Par ailleurs, Bassolma Bazié a déclaré que le monde entier connait une crise du système capitaliste qui se manifeste par les luttes inter-impérialistes pour le partage du monde et la volonté de la bourgeoisie impérialiste mondiale de faire payer aux peuples les conséquences de la crise.

Joachim Batao
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.