La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) a annoncé, ce lundi 6 février 2017, la suspension des activités académiques dans les universités publiques de Côte d’Ivoire. Fesci

Cette annonce concerne l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody (Abidjan), l’Université Nangui Abrogoua, l’Université Jean Lorougnon Guédé (Daloa) et l’Université Péléforo Gbon Coulibaly de Korhogo.

Ce syndicat estudiantin entend ainsi protester contre les inscriptions via les agences de téléphones mobiles, le paiement d’une somme de 5 000 F CFA pour la deuxième phase de l’orientation des nouveaux bacheliers.

« Il n’est pas correcte qu’on nous impose ce mode d’inscription au regard des conséquences. La FESCI n’acceptera pas les inscriptions via les sociétés de téléphonie mobile tant que les rapports du litige qui opposait les étudiants à l’université ne sont pas rendus publics et que le problème n’est pas réglé », a affirmé son secrétaire général exécutif, Assi Fulgence.

Le leader de la FESCI a expliqué que l’assemblée générale réunie samedi a décidé de manifester son mécontentement face au mutisme du Gouvernement à travers des actions d’éclat jusqu’à nouvel ordre, précisant que cette grève va durer 48 heures.

« Nous exigeons le calendrier académique de chaque université et la réinstauration des sessions de remplacements pour les examens à grand tirage au secondaire (baccalauréat et BEPC) pour permettre aux candidats malades de sauver leur année et cela pourra permettre de mettre fin au problème d’omission des candidats », a-t-il ajouté.

Anderson Koné
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.