Photo de famille des acteurs de la journée de réflexionn

L’Union Nationale des Associations de Femmes Handicapées du Burkina (UNAFEHB) a organisé le vendredi 17 mars 2017 une journée de réflexion sur le thème national du 8 mars 2017. L’activité s’est déroulée ici à Ouagadougou et a réuni plusieurs associations venues des différentes provinces du Burkina pour échanger sur le sujet.

Le présidium de la rencontre d'échanges
Le présidium de la rencontre d’échanges

Les femmes du Burkina vivant avec un handicap se sont retrouvées le vendredi dernier à la maison des retraités Antoine Nanga. Il s’est agi au cours de cette rencontre de réfléchir sur la condition de la femme ‘’handicapée’’ au Burkina Faso autour d’un exposé sur le thème « la valeur morale de la personne humaine : la responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociales des femmes ».

Le 8 Mars est « une journée où il faut prendre le temps de réfléchir »

Photo de famille des acteurs de la journée de réflexionn
Photo de famille des acteurs de la journée de réflexion

Selon la présidente de l’UNAFEHB, Evelyne Winkoun Hien « nous avons organisé cette journée de réflexion afin de permettre à nos membres qui sont dans les provinces de mieux appréhender le concept de la journée de la femme».

A ce propos, elle a souligné que la journée du 8 mars ne doit pas être une journée aux allures festives. Mais plutôt « une journée où il faut prendre le temps de réfléchir pour voir qu’est ce qu’on peut faire pour améliorer les conditions de vie de la femme de façon globale »

Elle a par la suite expliqué que les femmes vivant avec un handicap se sentent très souvent exclues. Elles sont très peu visibles dans les milieux associatifs car insuffisamment pris en compte par les hommes.

La responsabilité des acteurs sociaux

Forte participation des membres de l'UNAFEHB à la journée de réflexion
Forte participation des membres de l’UNAFEHB à la journée de réflexion

Aussi, la présidente a laissé entendre que le thème de la commémoration de la journée internationale de la femme choisi par le gouvernement fait appel à une valeur morale et à la lutte contre l’exclusion sociale. Ce qui renvoie à une réflexion sur la part de responsabilité des femmes vivant avec un handicap dans la communauté et celle de la communauté vis-à-vis de ces dernières afin de traduire dans les faits la question de l’inclusion et de l’égalité des chances.

Martin Sanou, du ministère de la femme et représentant de la marraine a qualifié la journée de belle initiative de réflexion portant sur l’inclusion de la femme handicapée.  Pour lui, les personnes vivant avec un handicap sont une chaine importante de la société. Elles ont bien leur place dans la communauté et mènent des activités qui ont besoin d’être connues dira t-il. C’est pourquoi, le ministère de la femme, de la solidarité et de la famille lutte contre les actions de discriminations et mène des sensibilisations afin que les femmes handicapées soient prises en compte dans tous les secteurs de la vie socio-économique a t-il mentionné.

Notons que l’UNAFEHB regroupe 37 associations et 22 points focaux et est  composée de femmes handicapées auditives, visuelles, mentales, physiques et de femmes albinos. Elle a pour mission entre autre de défendre les droits humains des femmes handicapées par le plaidoyer ; promouvoir la dignité et l’égalité des chances pour les femmes handicapées dans une société inclusive.

Joachim Batao

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.