A l’occasion de la rentrée fiscale 2019, la direction générale des impôts (DGI) a tenu ce mercredi 16 janvier 2019 à Ouagadougou, une conférence de presse, pour présenter les réalisations de l’année 2018 et les perspectives pour l’année 2019.

En cette matinée de ce mercredi 16 janvier 2019 à Ouagadougou, les collaborateurs de la direction des impôts avec à leur tête le directeur général Adama Badolo, ont éclairé les lanternes des journalistes sur la rentrée fiscale 2019.

Performance globale de la DGI

Les objectifs des recettes assignées à la DGI au titre du budget de l’Etat et contenus dans la loi de finances rectificative pour l’année 2018, faut-il le rappeler, ont été fixés à 746,943 milliards de francs CFA.

A fin décembre 2018, dira Adama Badolo, directeur général des impôts, les recouvrements effectifs réalisés par la DGI ont été de l’ordre de 737 391 418 220 milliards de francs CFA correspondant à un taux de réalisation de 98,2% contre 93,43% enregistré en 2017.

Les recouvrements au profit du budget des collectivités territoriales se sont situés à 27,195% milliards de francs CFA sur une prévision de 28,444 milliards de francs CFA, soit un taux de réalisation de 95,60%, va-t-il ajouté.

Perspectives 2019

Et Adama Badolo d’annoncer que les performances de la DGI au titre de l’année écoulée sont positives et que les efforts doivent se poursuivre sur la nouvelle année.

En cette année 2019, la loi de finances a fixé un objectif très ambitieux à la direction générale des impôts.

En effet, les recouvrements sont portées à 859 milliards cinquante millions, soit une hausse de 112 milliards cent-quatorze millions soixante. Par rapport au recouvrement effectif de 2018, c’est une augmentation de 136 milliards.

« Le défi est immense », affirme M. Badolo.

Un nouveau logiciel de gestion

Ce défi doit être relevé en grande partie grâce à une application efficace appelée « eSINTAX », des réformes consacrées par le code général des impôts, les mesures nouvelles et une meilleure maitrise du portefeuille de contribuables.

«Nous devons réussir à mobiliser des ressources internes, orientée usager et conforme aux standards internationaux », conclut le 1er responsable du service des impôts.

Jean Konombo

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.