Les membres de la Coalition CNPDER BF sont sur la même longueur d'onde que les responsables du projet en matière de formation professionnelle en énergie renouvelable

Au Burkina Faso, la   formation   professionnelle   a été   l’un   des   trois   secteurs   prioritaires   dans   lesquels la Coopération  Autrichienne s’investit en rapport avec les priorités de développement du pays. Ainsi, le premier accord de coopération indicatif  (2002-2004) avec le Burkina incluait déjà un programme  sectoriel de formation professionnelle.  Dans le domaine des énergies renouvelables, la Coopération autrichienne a lancé en 2018 un ambitieux projet de formation  professionnelle de trois ans qui pourrait s’étendre jusqu’à en 2027. Baptisé Berufsbildung Erneuerbare Energie in Burkina Faso (BBEE-BF), le projet a été présenté le 25 mai dernier à Ouagadougou aux membres de La Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile (OSC) pour la Promotion des Énergies Renouvelables et l’Accès à l’Energie Durable au Burkina Faso (CNPDER-BF).

Les membres de la Coalition CNPDER BF sont sur la même longueur d’onde que les responsables du projet en matière de formation professionnelle en énergie renouvelable

Améliorer l´accès à l´énergie au Burkina Faso à l´aide des possibilités de formation améliorées et d´une augmentation des emplois dans le domaine des énergies renouvelables ; Amélioration de la qualité de la formation professionnelle dans le domaine des énergies renouvelables. Ce sont là les principaux objectifs du projet Berufsbildung Erneuerbare Energie in Burkina Faso (BBEE-BF), c’est-à-dire Formation professionnelle en énergie renouvelable au Burkina Faso, qui a été présenté le 25 mai dernier à Ouagadougou, aux membres de la Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile (OSC) pour la Promotion des Énergies Renouvelables et l’Accès à l’Energie Durable au Burkina Faso (CNPDER-BF).

L’objectif 2 de ce projet initié par la Coopération autrichienne, notamment  l’amélioration de la qualité de la formation professionnelle dans le domaine des énergies renouvelables, intéresse particulièrement la CNPDER-BF.  Qui en a fait son cheval de bataille depuis quelques années et ne manque jamais l’occasion d’en parler avec ses partenaires. Cette question de la formation professionnelle a d’ailleurs constitué le thème du panel organisé par la Coalition lors de la troisième Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA) tenue les 6 et 7 avril 2019 à Ouagadougou.

Pour le président de la CNPDER-BF Charles Didace Konseibo et les autres membres de la Coalition, la formation professionnelle est incontournable pour que les populations aient accès aux  services et équipements de qualité dans le domaine des énergies renouvelables. C’est pourquoi, la Coalition mène le plaidoyer pour que des techniciens de niveau intermédiaire soient formés afin de permettre aux populations des villes et des campagnes de disposer des services de qualité.

Boubacar Zoundi, coordonnateur du projet

Et à entendre Boubacar Zoundi, coordonnateur de BBEE-BF, cette préoccupation est bien prise en compte et que le projet est disposé à œuvrer ensemble avec la Coalition sur cette question de la qualité de la formation professionnelle en énergies renouvelables au Burkina Faso. Mieux, au-delà de la formation de techniciens de niveau intermédiaire, le projet prend en compte tous maillons de la formation professionnelle en énergie renouvelable pour plus de résultats probants.

Résultats attendus et bénéficiaires directs

En termes d’amélioration de la qualité de la formation professionnelle en énergies renouvelables, les résultats suivants sont attendus :

-les compétences des enseignants en énergies renouvelables sont renforcées ;

-les écoles partenaires disposent d’installation de formation et d’entrainement adéquats ainsi que de matériels didactiques pour la transmission des connaissances dans le domaine des énergies renouvelables ;

-Des programmes d’études adéquats et coordonnés pour la formation en matière d’énergies renouvelables ont été élaborés.

En termes de bénéficiaires directs du projet,  seront entre autres formés :

-4 000 élèves des institutions partenaires qui vont profiter des infrastructures scolaires améliorées ;

-300 petites et moyennes entreprises dans le domaine du photovoltaïque ;

-180 élèves (garçons et filles) de 4 écoles partenaires ;

-20 enseignants ou enseignantes spécialisés dans les 4 écoles partenaires ;

-50 personnes de l´École Normale Supérieure de l´Université Norbert Zongo de Koudougou.

Améliorer l’accès à l’énergie

L’autre volet du projet, c’est l’amélioration de l´accès à l´énergie au Burkina Faso à l´aide des possibilités de formation améliorées et d´une augmentation des emplois dans le domaine des énergies renouvelables. A ce titre, l’on attend à la fin que les écoles partenaires et autres établissements d’enseignement disposent de systèmes photovoltaïques pour couvrir partiellement leurs propres besoins en électricité. Que les entreprises aient une gamme améliorée de la formation continue professionnelle pratique et axée sur les besoins dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ; et cela à travers des modules de formation sur mesure d’enseignement disposant de systèmes photovoltaïques.  Que les capacités institutionnelles dans les écoles partenaires soient renforcées par un processus de développement participatif des écoles. Qu’un partenariat pour la mobilisation sociale, la participation des parties prenantes et une orientation accrue à la pratique dans l’enseignement et la formation professionnelle dans le domaine des énergies renouvelables.

Par ailleurs, ce qui est encore intéressant avec BBEE-BF, c’est  la prise en compte de  problématiques comme  l’égalité des sexes et des approches sensibles au genre. Pour  la Coalition CNPDER-BF, c’est une très bonne chose, vu que le secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso  reste encore dominé par les hommes.

Le projet BBEE-BF est à sa première phase  qui couvre la période 2018-2021,  avec un budget global de 1 500 000 euros. Le financement est assuré par la Coopération autrichienne et l’Etat de Vorarlberg.

Grégoire B. BAZIE

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.