C’est dans un contexte où la justice  burkinabè se trouve au creux de la vague que la Cour de Cassation de Paris rendra ce mardi 4 juin  son verdict dans le dossier d’extradition de François Compaoré, accusé d’avoir incité à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons. La question que l’on peut se poser tient à celle-ci : si les Burkinabè eux-mêmes se plaignent de leur justice, jugée incapable de traiter les dossiers, que va en dire la justice française dans le cadre justement de cette demande d’extradition   de François Compaoré ?

C’est comme du pain béni pour les avocats de François Compaoré cette  situation de notre justice indexée  comme la cause de tous les maux du pays : difficile réconciliation nationale, problèmes dans la lutte contre le terrorisme, problèmes d’évacuations sanitaires à l’étranger, etc. Le problème de la justice a même été évoqué par lors du discours du Premier ministre Christophe Dabiré sur la situation de la Nation. Avec la grève des avocats, tout est paralysé. Seule bonne nouvelle à mettre sous la dent sur le front judiciaire : l’adoption par l’Assemblée nationale du nouveau code  de procédure pénale.

Ce nouveau code pénal à lui seul suffira-t-il à peser dans la balance de sorte à assurer la justice française que François Compaoré une fois extradé au Burkina Faso bénéficiera d’une justice équitable et jouira d’un certain nombre droits reconnus aux prévenus ? Rien n’est moins sûr.

Les difficultés actuelles de la justice burkinabè  peuvent être exploitées par les avocats de François Compaoré qui y trouveront des preuves supplémentaires pour convaincre la justice française de ne pas donner suite à la demande d’extradition de François Compaoré.

Mais, en allant au-delà des difficultés actuelles  ou circonstancielles, la justice française peut aussi donner son quitus pour l’extradition de François Compaoré. On l’imagine, les avocats burkinabè ne manqueront pas d’arguments au-delà du nouveau code de procédure pénale dont le ministre de la justice, garde des sceaux, René Bagoro a vanté les avantages pour une justice plus accélérée.

Bref, comme disent les Anglais, Wait and See.

Christian Tas

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici