Photo de famille au lancement du prix OFAB 2020

Malgré le contexte de la Covid-19, la section Burkina Faso du Forum ouvert sur la biotechnologie agricole (OFAB) tiendra cette année son concours de récompense des meilleurs journalistes. L’édition 2020 du Prix OFAB a été en effet officiellement lancée ce samedi 4 juillet à Ouagadougou, à l’issue d’un enrichissant panel sur la biotechnologie agricole et environnementale, la biosécurité et la bioéthique.

Présentation de la 4e édition du prix OFAB par Eliane Bayala

Les dossiers de candidature au prix OFAB 2020 seront reçus du 20 juillet au 15 août 2020. Dans sa présentation du concours ce samedi 4 juillet, Eliane Bayala, assistante à la coordination de OFAB Burkina a souligné les changements imposés par le contexte de la Covid-19.

Ainsi, les dossiers devraient être envoyés par mails, et la tenue du concours à l’échelle continentale demeure incertaine. Autre innovation : seuls les premiers seront primés dans les 3 catégories concernées à savoir la presse écrite et en ligne ; la radio et la télévision.

3 communications pendant le panel

Les panélistes au cours de l’exécution de l’hymne national

Pour avoir la chance de remporter un prix dans ce concours d’excellence en journalisme, les potentiels candidats, les journalistes et communicateurs doivent avoir une certaine connaissance des biotechnologies agricoles, de leurs approches scientifiques, de leurs atouts et risques, ainsi que leur environnement institutionnel et juridique aussi bien au niveau national et international.

Dans ce cadre, 3 communications ont été développées des experts au cours d’un panel avant le lancement proprement dit de cette 4e édition du prix OFAB. La première communication  assurée par Dr Valentin S. Edgar Traoré, généticien en amélioration des plantes et coordonnateur pays de OFAB a abordé les aspect traditionnels et modernes de la biotechnologie agricole et environnementale. A l’écouter, beaucoup font de la biotechnologie sans le savoir.

Dr Valentin S. Edgar Traoré, généticien en amélioration des plantes, au cours de son exposé

C’est Dr Oumar Traoré, directeur du laboratoire national de biosécurité, qui a donné la deuxième communication relative à la biosécurité. Selon ses explications, les études, les recours aux biotechnologies se font  en respectant un certain nombre de conditions de sécurité et de protection pour limiter les éventuels risques sur les chercheurs, sur la société et l’environnement.

Les acteurs doivent également faire preuve d’une certaine responsabilité morale et sociale. On parle de bioéthique, objet d’une troisième communication développée par Dr Noël Rouamba, président du Comité national d’éthique de l’IRSS.

Dans son mot introductif au panel, le secrétaire général du CNRST, Dr Kayabila Tougouri s’est félicité de l’initiative, la présence des directeurs de communication et de presse ministérielle, des journalistes, des chercheurs et des producteurs qui y ont participé, soulignant l’importance des journalistes, des acteurs de la communication dans la promotion des biotechnologies dans notre pays.

Mauvaise option du Burkina avec l’abandon du coton BT

Photo de famille au lancement du prix OFAB 2020

L’autre question importante des échanges concernait l’abandon du coton BT par les producteurs Burkinabè au profit du coton conventionnel. A écouter les experts, le Burkina aurait fait une mauvaise option. Le Burkina qui était premier en Afrique sub-saharienne en matière de production cotonnière est désormais relégué au quatrième rang. La situation de façon générale est grave  concernant la production des biotechnologies. Les chercheurs sont confinés seulement à des expérimentations en laboratoire.

L’un dans l’autre, les panélistes convaincus de l’importance des biotechnologies dans l’amélioration des conditions de vie des populations, dans la production  industrielle, médicale, agricole ; souhaitent par exemple qu’une évaluation objective soit faite sur l’abandon du coton BT, convaincus du fait que les autorités ont été induites en erreur.

Martin Philippe

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici