Les conférenciers d'AGRODIA face à la presse ce mardi 28 juillet 2020 à Ouagadougou

Des membres de l’Association des grossistes et détaillants d’intrants agricoles du Burkina Faso (AGRODIA) ont dénoncé ce 28 Juillet 2020 au cours une conférence de presse ténue à Ouagadougou, la mauvaise gestion au sein de leur association.

Les conférenciers d’AGRODIA face à la presse ce mardi 28 juillet 2020 à Ouagadougou

  Le mécontentement exprimé par des membres et représentants de l’AGRODIA s’étale sur deux faits principaux. Il s’agit d’un cas d’engrais subventionné par l’Etat burkinabè non arrivé à destination et d’un autre cas de détournement de fonds au sein de l’association.

En effet, selon les conférenciers, cinq régions que sont, le Centre, le Nord, l’Est, la Boucle du Mouhoun et le Centre-Nord ont été ciblés par l’Etat pour une bonne production agricole de la campagne sèche 2020. Il a été mis à la disposition de l’association environ 6 700 tonnes d’engrais contenu dans des sacs de 50 kilogrammes à distribuer aux bénéficiaires pour un prix subventionné de 12 000 francs le sac. Par la suite, les représentants provinciaux ont fait le constat que les sacs d’engrais destinés aux producteurs bénéficiaires ne leur sont pas parvenus, c’est ce que témoigne aussi Seri Daouda (agriculteur dans le Sourou) qui dit ne pas avoir bénéficié de l’engrais malgré qu’il ait la somme nécessaire. Pire encore, ces sacs, bien que portant les logos AGRODIA, se sont retrouvés en vente sur les marchés à un prix plus élevé. C’est le cas de Bobo Dioulasso où les intrants étaient entre les mains des commerçants alors que cette zone n’est pas de la liste des régions ciblées. Pour les conférenciers, ces actes sont déplorables et méritent sanction quand certains ne se soucient pas de l’intérêt des producteurs agricoles.

Pour donner plus de raison à leur déception, Tapsoba Rabi Francis (chargé à l’organisation et l’information dans la section du Kadiogo) et ces camarades ont fait un bon de trois ans en arrière, en 2017, où le bureau exécutif AGRODIA a décidé de procéder à une commande groupée d’engrais. Pour eux, la surprise ne s’est pas fait attendre après avoir découvert, en Décembre 2018 que la commande a été effectué à travers un près bancaire, que des membres du bureau auraient profité pour prélever des quantités importantes d’engrais, l’aurait revendu sans reverser à l’association. La totalité de la somme s’évaluerait à 304 214 273 Francs CFA. Un fait qui est jugé par les conférenciers comme un cas d’enrichissement illicite.

À en croire les animateurs, ce sont bien là des faits face aux quels il est difficile de garder le silence, mais comment faire s’il faut recevoir, au-delà des menaces, une lettre de suspension pour qui ose dénoncer. Tapsoba Rabi Francis dit lui-même être suspendu pour avoir engagé une procédure suite à la suspension des membres de la section de Pô. Ces suspensions sont pour lui arbitraire vu qu’aucun procédé n’est respecté.

Ils invitent “les organisations paysannes à plus de vigilance et à rechercher, à chaque opération de distribution d’engrais, la bonne information afin de ne pas être embarqués dans des trahisons similaires”. Ils demandent également un soutien de la part du ministère en charge de l’agriculture afin d’établir la vérité sur l’opération de la campagne sèche de 2020.

Pour ce qui en est des responsables, le président Tangongossé Yamine est pointé du doigt pour cette mauvaise gestion.

En attendant, les conférenciers affirment que le dossier est entre les mains de la justice.

 Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici