Cela a été l’une des annonces fortes de l’édition 2021 du One Planet Summit organisé par le président français Emmanuel Macron et Son Altesse Royale le Prince de Galles, pour fédérer les énergies au niveau international,  dans le but de trouver des aides financières et accroître le financement des solutions orientées vers la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité et des océans.

Cette annonce, c’est celle de la Banque africaine de développement (BAD) qui a, par la voix de son président, Akinwumi Adesina ; annoncé la mobilisation de  6,5 milliards de dollars américains au cours des cinq prochaines années en faveur de l’initiative « la Grande muraille verte », se joignant ainsi aux institutions multilatérales de développement, aux gouvernements et aux partenaires du développement qui ont promis d’y consacrer plus de 14 milliards de dollars.

La Banque mondiale, par exemple, a promis une aide financière de plus de 5 milliards de dollars pour permettre de surmonter les difficultés posées par la réhabilitation et la dégradation des sols et des terres ainsi que pour tenter de résoudre les problèmes concernant le lac Tchad.

Complémentarité avec «Desert to Power»

Akinwumi Adesina a salué l’initiative. « La Grande muraille verte fait partie du système de défense environnemental de l’Afrique. Il s’agit d’un véritable bouclier contre les assauts des processus de désertification et de dégradation des sols », a-t-il déclaré. L’avenir de la région du Sahel africain dépend de la Grande muraille verte. Face au changement climatique et à la désertification, sans la Grande muraille verte, le Sahel risque de disparaître».

 

La Banque accroîtra ses ressources à travers une série de mécanismes, de partenariats et d’opérations tout en s’appuyant sur des sources de financement internes et externes, et notamment sur le Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA) et le Fonds vert pour le climat (FVC).

Akinwumi Adesina a souligné que des initiatives actuelles de la Banque comme « Desert to Power», un programme visant à créer au Sahel la plus grande zone de production d’énergie solaire au monde, viendront renforcer et compléter l’initiative de la Grande muraille verte.

« Cela permettra de fournir de l’électricité à 250 millions de personnes et contribuera à la protection de la Grande muraille verte. S’il n’y a pas d’accès à l’énergie, la Grande muraille verte ne sera rien d’autre que des arbres qui attendent d’être transformés en charbon de bois. » La Banque s’est engagée à mobiliser 25 milliards de dollars d’ici 2025 en faveur du financement de la lutte contre le changement climatique.

 

 Grande muraille verte, une initiative phare de l’UA

La Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, communément appelée Grande muraille verte, est, faut-il le rappeler, l’initiative phare de l’Union africaine pour lutter contre les effets du changement climatique et de la désertification en Afrique.

L’initiative a pour but de transformer la vie de millions de personnes en créant une mosaïque d’écosystèmes verts et productifs en Afrique du Nord, au Sahel et dans la Corne de l’Afrique. Initialement conçue comme un long couloir de 15 km de large traversant tout le continent africain sur 7 800 km en passant par 11 pays dont le Burkina Faso, cette muraille doit relier Dakar (Sénégal) à Djibouti ; cela représentera environ 117 000 km2, ou 11,7 millions d’hectares.

 

Martin Philippe

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici