Responsables du HCDS et journalistes posant pour la postérité re de l'atelier de formation

Le Haut conseil du dialogue social (HCDS) a organisé, du 12 au 14 avril 2021 dans ses locaux à Ouaga 2000, un atelier de formation au profit des acteurs médiatiques. La clôture intervenue mercredi dernier, a connu la présence du président du HCDS Jean Marc Palm, qui s’est félicité des résultats de la formation qui a permis les journalistes sur la problématique du dialogue social dans notre pays.

Responsables du HCDS et journalistes posant pour la postérité à la clôture de l’atelier de formation

Avant la clôture de l’atelier, les participants ont eu droit à une enrichissante communication assurée par Guy Olivier Ouédraogo, vice-président de la composante syndicale. Quatre points ont ponctué cette communication : définition du dialogue social ; justification du dialogue social ; bénéfices directs du dialogue social ; conditions essentielles du dialogue social.

Guy Olivier Ouédraogo, vice-président de la composante syndicale du HCDS, au cours de sa communication

De la définition, l’on retient que le dialogue social renvoie à toutes les formes de négociation, de consultation ou d’échange d’informations entre représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions d’intérêt commun liées à la politique économique et sociale.

Le communicateur a poursuivi sur la justification du dialogue social en évoquant le fonctionnement des intérêts des acteurs, les contingences socioéconomiques et les bénéfices directs aux acteurs.

Concernant le fonctionnement des intérêts des acteurs, M. Guy Olivier Ouédraogo a fait cas de la recherche du profit qui principalement anime l’employeur. Côté employé, c’est la question de travail décent qui est la préoccupation essentielle.

Les contingences socioéconomiques développées par le communicateur ont porté essentiellement sur les faits socioéconomiques ; les crises et sorties de crises ; le terrorisme ; l’effort de guerre, les défis sécuritaires ; la relance de l’économie ; les grandes réformes structurantes ; le Maintien de la croissance ; l’instauration d’une plus grande justice sociale

Sur les bénéfices directs aux acteurs, M. Ouédraogo s’est attardé sur les points suivants : meilleure connaissance des réalités, la plus grande lisibilité des options stratégiques des entreprises et de l’Etat ; la paix sociale ; la légitimation de l’action publique, l’atténuation des contestations, l’adhésion aux politiques publiques ; l’appropriation des objectifs de l’entreprise, la création d’une communauté d’intérêt ; l’École de responsabilité, de citoyenneté et de démocratie.

Le dernier grand point de la communication portant sur les conditions essentielles du dialogue social a développé les questions de la volonté politique ; la liberté ; la Légalité ; la représentativité/unité ; le professionnalisme des acteurs ; la bonne foi ; l’égalité.

 

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.