C'est ce 17 juin 2021 que Laurent Gbagbo rentre en Côte d'Ivoire après son acquittement à la Cour pénale internationale

Ce sera pour cet après-midi du jeudi 17 juin 2021, le retour tant attendu en Côte d’Ivoire de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, chef de l’Etat de 2000 à 2011.  A l’issue de 10 ans de bataille judiciaire devant la Cour pénale internationale (CPI) couronnée en sa faveur par un acquittement définitif, c’est la tête haute que l’enfant terrible de Mama, le Woody, atterrira ce soir à l’aéroport international Félix Houphouet Boigny d’Abidjan.

C’est ce 17 juin 2021 que Laurent Gbagbo rentre en Côte d’Ivoire après son acquittement à la Cour pénale internationale

Sur place à AIFHBA le septuagénaire (76 ans) devrait être accueilli en triomphe par de nombreux GOR (Gbagbo Ou Rien) avec à leur tête Assoua Adou.

Pour ces partisans indéfectibles, Laurent Gbagbo est en quelque sorte leur ‘’Mandela’’, le Mandela de la Côte d’Ivoire. Certes, Gbagbo n’a pas fait 27 ans de prison, c’est tout comme pour les GOR.  Comme Mandela (libéré de prison en 1990 à 72 ans)  qui a été élu en 1994  président de l’Afrique du Sud quatre ans après sa libération de prison ; les partisans de Gbagbo voient déjà en lui le président de la Côte d’Ivoire en 2025.

Même si pour cela il faudra revoir les dispositions constitutionnelles relatives à l’âge des candidats à la présidentielle ivoirienne. Là aussi ils se veulent rassurants d’autant plus que, disent-ils, c’est par une révision des dispositions constitutionnelles qu’Alassane Ouattara avait pu être candidat à la présidentielle de 2010 et avait fini par l’emporter à la barbe et au nez de ses rivaux dont le président Laurent Gbagbo transféré à la CPI suite la crise post-électorale. La suite… on la connaît : l’ancien président sera de retour en Côte d’Ivoire dans quelques heures.

Maintenant, que va-t-il se passer dans ce pays frère ? La réconciliation prônée par le président Alassane Ouattara va-t-elle aller de l’avant avec ce come-back de l’enfant terrible de Mama ou s’achemine-t-on de nouveau vers des affrontements entre partisans des partis politiques rivaux PDCI-FPI-RHDP ?

Sur toutes préoccupations, rien n’est moins sûr, surtout avec les acteurs politiques, capables du meilleur comme du pire.

Mais, en tous les cas, tout ce que l’on peut souhaiter, c’est que les différents acteurs politiques tirent les leçons de ces décennies de conflits qui auront coûté énormément : en termes de perte en vies humaines, de destructions du pays ; de dissensions sociales et diplomatiques.

Martin Philippe

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici