Posant pour la postérité, la présidente de l'ARSE Mariam Gui Nikièma (au milieu) encadrée des techniciens SONBEL de Bagré et des membres de sa délégation

La présidente de l’Autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARSE), Mariam Gui Nikièma, a conduit les 10 et 11 août 2021 une mission de contrôle d’opérateurs électriques au Centre-Est. Une mission qui l’a conduite respectivement à Gnangdin, localité située à une quarantaine de kilomètres de Tenkodogo (chef-lieu de la région), à Zano et à Bagré.

La présidente de l’ARSE à l’écoute des techniciens SONABEL de Bagré

Dans le cadre de ses attributions de contrôle des activités des opérateurs du secteur de l’énergie, la présidente de l’Autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARSE), Mariam Gui Nikièma, a conduit les 10 et 11 août 2021 une mission de contrôle sur le terrain dans le Centre-est du pays.  Une mission qui l’a conduite respectivement à Gnangdin, localité située à une quarantaine de km de Tenkodogo (chef-lieu de la région), à Zano et à Bagré.

Outre la présidente, la mission de l’ARSE comprenait les responsables suivants : Arnaud Ouédraogo de la direction des services techniques et de la régulation, Damba Ouoba de la direction des affaires juridiques et du contentieux, Isaak Kabré de la direction des services économie et tarification et Yaya Soura, directeur de la communication et de la documentation.

Objectifs de la mission à Bagré, Zano et Gnangdin

A Bagré, les objectifs de la mission étaient de s’assurer de la bonne exploitation et maintenance des équipements de la centrale hydroélectrique, de s’assurer du bon taux de remplissage du barrage et de la bonne gestion de la crue conjuguée au planning d’exploitation des groupes pour l’optimisation du remplissage du barrage en fin de saison pluvieuse et aussi pour la sécurité du barrage, des habitants et aménagements hydro-agricoles à l’aval.

L’agent Boureima Dabré expliquant à la présidente de l’ARSE et à sa suite les activités au sein du poste de Zano

Le déplacement de la délégation de l’ARSE à Zano, à la sortie Sud de Tenkodogo, visait à s’assurer de la bonne exploitation et maintenance des équipements du poste 132/33 kV de SONABEL Zano qui distribue une partie de l’électricité pour les populations du Centre-Est et l’Est (Tenko-Garango-Koupela-Zorgho-Pouytenga-Fada et villages environnants à ces villes), le reste étant évacué au poste de la Patte d’Oie à Ouagadougou en 132 KV.

A Gnangdin, le but de la présente mission de contrôle de l’ARSE était de s’enquérir du fonctionnement et des éventuelles difficultés de la Coopérative d’électricité et l’appuyer auprès de la FESCOOPEL et l’ABER pour une amélioration de ses prestations.

Le barrage de Bagré rempli à 60%

Le point d’orgue de cette importante sortie de terrain de l’Autorité de régulation du secteur de l’énergie, c’est sans conteste la visite ce 11 août 2021 des installations du barrage hydroélectrique de Bagré, d’où part l’électricité qui transite d’abord par le poste 132/33 kV de  Zano pour ensuite être distribuée dans les centres de consommations du Centre-Est, de l’Est et le reste évacué à Ouagadougou.

Des échanges que les missionnaires contrôleurs de l’ARSE ont eu sur place avec les techniciens de la SONABEL chargés de faire fonctionner quotidiennement l’infrastructure agro-hydroélectrique, il ressort que le Barrage de Bagré est rempli actuellement à 60% de sa capacité optimale estimée à 1 milliard, 270 millions de mètres cubes d’eau. Ce qui lui permet de produire 12 MW, «soit 6% de la production du réseau national interconnecté», selon Boyen Emmanuel Dentounda, chef de service production hydroélectrique de Bagré.

Pour la présidente Mariam Gui Nikièma, pour cette “contribution substantielle à la production d’électricité dans le pays, le barrage de Bagré doit être gardé comme la prunelle de nos yeux, au regard notamment de notre dépendance à hauteur de 60% des importations d’électricité du Ghana et de la Côte d’Ivoire’’.

«Déployer tous les moyens possibles pour aménager Bagré aval»

Arnaud Ouédraogo de la direction des services techniques de l’ARSE, faisant le point de la mission de contrôle à l’étape de Zano

La saison pluvieuse n’étant pas encore à sa fin, la présidente de l’ARSE s’est montrée optimiste par rapport au niveau du remplissage actuel du barrage, inférieur à celui de l’année dernière à la même période. «L’espoir est permis», a-t-elle indiqué.

Et le chef de service production hydroélectrique de Bagré de rassurer : «Le barrage de Bagré a cette chance d’être sur un bassin versant très humide. Régulièrement, c’est un barrage qui se remplit. Régulièrement, nous déversons le trop plein d’eau. Pratiquement depuis 2013, nous déversons. L’année dernière, on a pratiquement déversé la capacité du barrage. C’est ce qui nous motive pour le projet Bagré aval».

Sur ce projet Bagré aval, Mariam Gui Nikiéma est également on ne peut plus claire : «Il faut encore améliorer cette infrastructure de production de l’électricité de Bagré. Cela fait longtemps que l’on parle d’aménager l’aval de Bagré. Il faut déployer tous les moyens possibles pour que cet aménagement soit une réalité».

«Problèmes d’équipements, de personnels »

Grâce à la COOPEL, la physionomie du village de Gnangdin a beaucoup changé au cours de ces 4 dernières années

A Bagré, comme à Zano et Gnangdin, les représentants des opérateurs ont relevé des difficultés en matière d’équipements adéquats, de personnels qui sont insuffisants. Ces préoccupations exprimées ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. «Il faut des équipements très performants. On n’arrête pas le progrès. Il faut augmenter le nombre de personnels. On peut trouver des solutions», rassure la présidente de l’ARSE.

Mieux, ces préoccupations pourraient figurer dans un futur rapport de l’ARSE aux autorités. «A l’issue de ces visites de terrain, nous faisons un rapport. Parce que dans le décret qui organise l’Autorité de régulation, nous devons adresser un rapport d’activités au Premier ministre qui est notre patron. Dans ce rapport, nous faisons l’état des lieux au niveau du secteur de l’électricité. Ce rapport va comporter des recommandations. Il faut du personnel ; il faut de nouveaux équipements ; il faut améliorer, voire même faire des extensions», a confié la présidente de l’ARSE.

Et d’ajouter : «Tous nos encouragements aux techniciens à Zano et à Bagré. Ces sites sont assez isolés. Il faut des équipements pour qu’ils se sentent à l’aise dans l’exercice de leur profession. Du point de vue de leur bien-être aussi, il faut également d’autres améliorations».

L’ARSE et le service public de l’électricité

La présidente Mariam Gui Nikièma a dressé un bilan satisfaisant de la présente mission de contrôle du service public de l’électricité

La présidente de l’ARSE a exprimé sa satisfaction à l’issue des présentes visites de terrain. « Je suis satisfaite que nous ayons eu l’occasion de parler avec les acteurs sur terrain que sont ici les techniciens de la SONABEL et les opérateurs de Gnangdin. Nous travaillons dans le même domaine, nous avons pu parler, échanger pour voir comment améliorer le service public de l’électricité».

«Quand on parle du service public de l’électricité, cela signifie que l’électricité est comme un bien élémentaire, c’est comme l’eau, c’est comme la nourriture. Tout le monde est conscient qu’il faut l’électricité pour le bien-être des populations, pour la croissance de notre économie. C’est là notre satisfaction. Nous avons la même vision et nous avons les mêmes conseils à nous donner réciproquement pour que le travail soit bien fait», a-t-elle poursuivi.

Vers un «Espace Consommateurs»

Des membres du comité de gestion de la COOPEL Gnangdin au cours des échanges avec la délégation de l’ARSE ce 10 août 2021

Répondant à une question relative à la protection des consommateurs d’électricité, la présidente de l’ARSE a annoncé la mise en place envisagée d’un espace dédié aux consommateurs qui permettra de mieux prendre en compte leurs préoccupations, assurant avoir déjà eu une séance de travail avec la ligue des consommateurs sur leurs soucis qui se résument à la disponibilité d’abord de l’électricité, ensuite au prix élevé du kilowattheure dans notre pays.

«Ce service va recevoir des consommateurs ; on fera des réunions ensemble ; on fera des propositions aux opérateurs et bien sûr aux autorités. Les consommateurs ne sont pas oubliés.  A Gnangdin par exemple, les membres du bureau de la Coopel représentent les consommateurs ; leurs préoccupations sont déjà prises en compte dans les activités du Régulateur». Ils ont notamment exprimé le besoin d’avoir un transfo d’une plus grande capacité (160 KVA) que celle qu’ils ont actuellement (100 KVA).

Missions de l’ARSE

Personne morale de droit public, ayant le statut d’autorité administrative indépendante rattachée au Cabinet du Premier Ministre et jouissant de l’autonomie financière, l’ARSE est chargée de réguler les activités de production, d’exploitation, de transport, de distribution, d’importation, d’exportation et de vente de l’électricité sur toute l’étendue du territoire national. A ce titre, les missions suivantes lui sont assignées :

–              veiller au respect de la réglementation régissant le secteur de l’énergie ;

–              préserver les intérêts des usagers du service public de l’énergie ;

–              protéger les droits des acteurs du secteur de l’énergie ;

–              proposer à l’Etat des tarifs applicables dans le secteur de l’énergie ;

–              régler les litiges dans le secteur de l’énergie ;

–              veiller à l’équilibre économique et financier du secteur.

Martin Philippe

Burkina Demain 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.