Newton Ahmed Barry relativise dans son analyse l'impact des moyens sur les résultats dans une guerre

«Ce ne sont pas les moyens qui font la guerre. Mais la conviction à une cause. Les moyens n’inculquent pas la volonté de se battre. La volonté de se battre découle d’une raison qui nous y incite. L’enjeu ne se pose pas en terme de moyens, en tout cas pas essentiellement, mais plutôt en volonté de se battre et d’accepter mourir pour la cause. C’est cela l’enjeu aujourd’hui. Ce qui explique que nous perdons du terrain depuis 2016 ». Ceci est un extrait d’une réflexion, analyse de Newton Ahmed Barry, ex-président de la CENI, sur la situation sécuritaire nationale. Lisez plutôt !

«“Ceux qui nous tenaillent sont bien organisés et savent ce qu’ils visent et se sont donnés les moyens de l’atteindre.

La question est terrible, mais elle est celle-là : nous en face quel est notre objectif ? On n’arrive à rien, si on n’a pas d’objectifs préalablement et clairement établis. En face de nous, il ne s’agit ni d’une simple délinquance à gérer par les méthodes policières ordinaires (renseignements, répressions et jugements), ni d’une menace militaire classique qu’il faut contrer par une armada redoutable. La preuve, ceux d’en face viennent en haillons sur des mobylettes avec un armement presque classique. Les moyens sophistiqués qu’ils ont, sont le plus souvent ceux qu’ils ont pris sur nos forces de défense. Quelqu’un a-t-il entendu une fois ces gens se plaindre d’une absence de moyen ?  Sankara disait du reste, que l’abondance de moyens traduisait l’incapacité des combattants et de leur chef.

Ce ne sont pas les moyens qui font la guerre. Mais la conviction à une cause. Les moyens n’inculquent pas la volonté de se battre. La volonté de se battre découle d’une raison qui nous y incite.

Newton Ahmed Barry relativise dans son analyse l’impact des moyens sur les résultats dans une guerre

L’enjeu ne se pose pas en terme de moyens, en tout cas pas essentiellement, mais plutôt en #volonté de se battre et d’accepter mourir pour la cause. C’est cela l’enjeu aujourd’hui. Ce qui explique que nous perdons du terrain depuis 2016.

Ceux d’en face n’ont pas plus de moyens. Ils ont plus de conviction. Ce qui explique que malgré la rusticité des moyens dont ils disposent, ils prennent progressivement et résolument le dessus sur nous. À regarder les choses de près, il n’y a rien qui montre une inversion de la situation actuelle à très court terme.

Au même moment, ce qui semble se dessiner dans nos rangs c’est le désespoir avec les malheureux réflexes qui vont avec. Nous sommes en train de nous en vouloir mutuellement. D’un côté l’expression débridée des peurs qui s’échappent des poitrines déboussolées, de plus en plus en défiance ouverte contre le pouvoir établi. De l’autre, la réaction instinctive d’absence d’assurance qui se caractérise par un autisme. Cette situation ne renforcera pas la lutte contre l’ennemi d’en face. À contrario elle le renforce et fait son jeu.

Fixons-nous un objectif lisible !

Il est important et urgent de repréciser les objectifs qui sont poursuivis dans la lutte actuelle contre le terrorisme. C’est en le faisant que le président du #Faso pourra rétablir un contrat de confiance avec la majorité des Burkinabè qui ne demande rien d’autre que de s’accrocher à un espoir. Si les gens n’ont plus d’espoir, on ne peut plus rien attendre d’eux. S’il n’y a plus d’espoir le pire devient inéluctable.

Il faut donc rendre public, la nouvelle doctrine annoncée à l’occasion de l’adresse à la nation qui a précédé le dernier remaniement.  Il faut la rendre publique et la rendre intelligible.

Ce que nous recommandons fortement, c’est de sortir dans l’enfermement mortifère des deuils à répétition. Mourir est inacceptable. Mais savoir que la mort prélude à un avènement salvateur et de dignité pour la grande majorité rend acceptable les morts et atténue les douleurs.

En ce moment on ne va pas pleurer nos morts, mais nous allons les célébrer.

Aujourd’hui ceux qui meurent pour la patrie se retrouvent à ressembler à des morts « encombrants ». La peur panique de la colère des familles conduit de plus en plus à des inhumations à la sauvette. Or c’est le contraire qui aurait dû se produire. Nos morts sont nos héros, nos martyrs et nous devons les célébrer de la façon la plus digne possible. A leur enterrement tout le pays doit s’arrêter. Nos illustres imams et évêques doivent leur réciter les versets les plus accomplis dédiés aux personnes qui ont vécu digne et utile.

Mais cela n’est possible que dans un réarmement moral nouveau consécutif à un nouveau « deal » national.

En l’absence de ce préalable bien défini et bien compris nous serions dans un contraire inacceptable. C’est le sens donné à la raison d’accepter mourir pour une cause qui justifie une ritualisation nationale des obsèques aux martyrs.

Ahmed Newton Barry »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.