A la lecture des conclusions du congrès ordinaire des 8, 9, 10 et du 11 septembre 2021 à Ouagadougou

L’Union générale des étudiants burkinabè (UGEB), la principale organisation d’étudiants à caractère syndicale du Burkina Faso, n’est pas du tout contente de la fermeture du lycée Philippe Zinda pour cette année 2021-2022. Elle a exprimé son opposition à cette décision gouvernementale dans cette déclaration ayant sanctionné son 30ème  congrès ordinaire de tenu les 8, 9, 10 et 11 septembre 2021 à Ouagadougou.

«Vu la décision prise le 27 août dernier par les autorités en charge de l’éducation de ne pas rouvrir l’établissement pour le compte de l’année 2021-2022 et d’affecter les 3 700 élèves concernés par cette fermeture dans d’autres lycées et collèges de la ville, le tout dans un contexte de manque criard d’infrastructures dans tous les ordres d’enseignement ; le XXXE congrès ordinaire de l’UGEB tenu à Ouagadougou les 8, 9, 10 et 11 septembre 2021». C’est là l’une des annonces de l’Union générale des étudiants. Plus de précisions dans cette déclaration.

«Considérant la dégradation continue du système éducatif burkinabè, avec l’adoption, en 1990, du Programme d’Ajustement structurel (PAS), maquillé successivement en Cadre stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP), Stratégie de Croissance accélérée et du Développement durable (SCADD) et Programme nationale de Développement économique et social (PNDES) ;

Considérant les luttes engagées ces dernières années dans le secteur de l’éducation par les élèves, étudiants, enseignants et personnel de soutien contre le sabotage planifié de la formation dans les établissements publics d’enseignement ;

Considérant la justesse de la lutte actuelle des élèves contre la réforme des examens scolaires, notamment du BEPC et Bac ;

Considérant le réflexe acquis chez les autorités d’opposer systématiquement la répression aux justes et légitimes revendications des différents acteurs de l’éducation (répression sanglante des manifestations scolaires, arrestations et jugement des élèves, coupures de salaires d’enseignants, clôture prématurée de l’année scolaire 2020-2021, etc.) ;

Vue la grave décision du pouvoir de procéder, en mai 2021, à la fermeture du Lycée Philippe Zinda Kaboré, le plus grand établissement secondaire du Burkina Faso, comme moyen de gestion de la crise scolaire ;

Vue la décision prise le 27 août dernier par les autorités en charge de l’éducation de ne pas rouvrir l’établissement pour le compte de l’année 2021-2022 et d’affecter les 3 700 élèves concernés par cette fermeture dans d’autres lycées et collèges de la ville, le tout dans un contexte de manque criard d’infrastructures dans tous les ordres d’enseignement ;

Vu que conformément à sa plateforme d’union, l’UGEB s’est toujours engagé à soutenir les justes et légitimes luttes des masses populaires burkinabè dont les scolaires sont parties intégrantes ;

Vu la concrétisation de ce soutien à travers la création de la Coordination des Élèves et Étudiants burkinabè (CEEB) en 1999 pour matérialiser l’unité d’action entre élèves et étudiants ;

Le XXXE congrès ordinaire de l’UGEB tenu à Ouagadougou les 8, 9, 10 et 11 septembre 2021 :

-condamne la fermeture du Lycée Philippe Zinda Kaboré ;

– exige sa réouverture sans conditions et la prise en compte des justes préoccupations des élèves et personnel de l’établissement ;

– réaffirme son soutien aux différents acteurs en lutte contre les tentatives actuelles de réformes hasardeuses des examens scolaires ;

– appelle ses militants, sympathisants et l’ensemble des étudiants à se solidariser avec les scolaires et à se tenir prêt à répondre à tout mot d’ordre de la CEEB que l’évolution de la situation commanderait.

Fait à Ouagadougou, le 11 septembre 2021.

Le Congrès »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.