Ragnaghnèwendé Olivia ROUAMBA, Ministre Burkinabè des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur adresse ce message à la communauté nationale et internationale

A l’occasion de la commémoration, ce mercredi 25 mai, de la Journée de l’Afrique, Ragnaghnèwendé Olivia ROUAMBA, Ministre Burkinabè des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur adresse ce message à la communauté nationale et internationale.

 «Mes chers compatriotes,

Mesdames et Messieurs,

Le 25 mai de chaque année, est célébrée la Journée mondiale de l’Afrique. Cette date marque l’anniversaire de la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), le 25 mai 1963, devenue l’Union Africaine en 2002. A l’instar des autres pays du continent, le Burkina Faso célèbre cette Journée de l’Afrique ce mercredi 25 mai 2022.

La commémoration annuelle de cette Journée par tous les pays africains, est une recommandation de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine. Elle constitue une occasion pour tous les fils et filles du continent de réaffirmer leur appartenance à un seul et même espace territorial, et leur attachement au principe et d’union à l’unité.

Elle offre également l’occasion de magnifier l’Afrique dans toute sa diversité, et de réaffirmer notre attachement aux objectifs, aux idéaux et aux principes tels que prônés par les Pères fondateurs.

La célébration de la journée de l’Afrique a été placée cette année sous le thème « Bâtir une résilience en matière de sécurité nutritionnelle sur le continent africain : renforcer les systèmes agroalimentaires et les systèmes de santé et de protection sociale pour accélérer le développement socio-économique et du capital humain ».

Ce thème interpelle les dirigeants africains et les invite à penser de nouvelles politiques à même d’accroître la productivité agricole et d’améliorer la situation nutritionnelle des populations.

Le choix de ce thème est plus que d’actualité car il a lieu à un moment où notre continent subit les conséquences liées à la pandémie de la Covid-19 et aux effets du changement climatique. En outre, le continent africain souffre d’une crise sécuritaire du fait des conflits intercommunautaires et des attaques terroristes, avec pour corolaire une crise humanitaire sans précédent dans plusieurs régions du continent surtout dans la zone du Sahel. Cette situation est exacerbée par la crise socio-économique mondiale due à la guerre en Ukraine.

En plaçant l’année 2022 sous le signe des questions nutritionnelles et alimentaires, l’Union africaine entend plaider pour l’augmentation des investissements nationaux dans le domaine de la nutrition, susciter le renforcement des capacités des institutions et, encourager la mise en place de plateformes multi-acteurs pour la coordination et l’échange de bonnes pratiques entre pays, ainsi que la gestion des données et des systèmes d’informations nutritionnelles.

Mes chers compatriotes,

Outre la mise en place d’un Conseil national de sécurité alimentaire, le Gouvernement du Burkina Faso a, dans une démarche d’anticipation, adopté en 2013 une politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle dont la vision est : « assurer à tout moment, à l’ensemble des populations un accès équitable à une alimentation équilibrée, suffisante et saine afin de contribuer à la réduction de la pauvreté, à la consolidation de la paix sociale et à la réalisation d’un développement durable ».

La situation sécuritaire difficile que vit notre pays depuis quelques années a occasionné une crise humanitaire sans précédent, avec plus d’un million huit-cent milles (1.800.000) personnes déplacées internes et un besoin alimentaire sans cesse croissant.

C’est pourquoi, le gouvernement du Burkina Faso marque son soutien et son adhésion à ce thème et à toutes les actions qui seront entreprises dans la perspective d’une amélioration de la situation alimentaire et nutritionnelle des populations africaines en général et des populations affectées par la crise sécuritaire en particulier.

La résilience en matière alimentaire et nutritionnelle ne peut être complète sans une implication de tous les Etats membres de l’Union africaine. Alors unissons nos forces, exploitons à bon escient nos expertises et nos talents en vue de l’atteinte des ODD 1, 2 et 3 dans les échéances définis.

Vive l’Intégration africaine.

Vive l’Afrique.

Je vous remercie.

Son Excellence Olivia Ragnaghnewendé ROUAMBA

Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération régionale

et des Burkinabè de l’extérieur»

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.