Bintou Fabiola Zongo/Bassolé a soutenu avec brio, ce samedi 21 mai 2021 à Ouagadougou, sa thèse de Doctorat en administration des affaires de l’Académie des sciences de management de Paris

Bintou Fabiola Zongo/Bassolé est désormais Docteur en administration des affaires de l’Académie des sciences de management de Paris (ASMP). Elle a en effet soutenu avec brio, ce samedi 21 mai 2021 à Ouagadougou, sa thèse de Doctorat devant un jury présidé par le Professeur Jean Marie Peretti et comprenant son directeur de thèse, Professeur Jean Michel Plane et 2 rapporteurs : Marc Henri Alain Bidan et Soufyane Frimousse.  Mais, bien plus que l’obtention du grade académique, c’est la problématique abordée-récurrentes et difficiles relations au travail- qui a retenu davantage l’attention dans ce grand oral du tout nouveau Docteur Bintou Fabiola Zongo /Bassolé.

«Pratiques managériales et impacts du leadership spirituel sur la prise de décision et l’engagement des collaborateurs dans une entreprise industrielle Burkinabè». C’est l’intitulé du travail de recherche abattu par Bintou Fabiola Zongo/Bassolé, sous la direction du Professeur Jean Michel Plane, dans le cadre de sa thèse de doctorat en sciences de gestion, option Executive Doctorate in Business Administration (EDBA), et dont les résultats ont été présentés par visio-conférence ce samedi 21 mai 2022 à Ouagadougou devant un jury présidé par le Professeur Jean Marie Peretti et comprenant en plus du directeur de thèse (Jean Michel Plane), 2 rapporteurs : Pr Marc Henri Alain Bidan et Pr Soufyane Frimousse. Était également présent à la soutenance, Pr Jean Claude Tia de Quantum Expertises Internationales-SA, situé à Ouaga 2000.

Crises dans le monde du travail…la nécessité d’innover

Selon le tout nouveau Docteur Zongo, ce qui se passe dans les entreprises de nos jours (concurrence à outrance, stress, dépression, burn out, suicide), est révélateur des crises de la société moderne et nécessite que l’on innove en matière de pratique managériale et plus particulièrement de leadership

Selon le tout nouveau Docteur Zongo, ce qui se passe dans les entreprises de nos jours (concurrence à outrance, stress, dépression, burn out, suicide), est révélateur des crises de la société moderne et nécessite que l’on innove en matière de pratique managériale et plus particulièrement de leadership.

«Il y’a plusieurs niveaux de leadership : matériel, émotionnel, mental et spirituel. Le modèle de leadership adopté impacte le leader lui-même, ainsi que le comportement des collaborateurs au sein de l’entreprise», explique-t-elle.

Le leadership spirituel, la meilleure solution

A l’en croire, le leadership spirituel est la meilleure solution aujourd’hui face aux crises des relations dans le monde du travail.  «Le leadership classique a évolué vers le leadership transactionnel, puis transformationnel et enfin spirituel où les individus aspirent à plus de bien-être et de dignité dans l’entreprise», a-t-elle encore soutenu.

Et ce n’est pas tout car, toujours selon les résultats de ses recherches, l’implication de la spiritualité dans le contexte du travail, permet de sortir des modèles traditionnels matérialistes et rationnels pour adopter un leadership plus humaniste basé sur l’épanouissement, le bonheur, le bien-être et la recherche de dignité dans le travail.

Le leadership spirituel dans la pratique

Pour mettre en place cette dimension spirituelle dans l’entreprise, indique Docteur Zongo, le leader peut s’appuyer sur les valeurs qui peuvent être considérées comme un ensemble de croyances partagées, une culture de travail, pouvant ainsi contribuer à améliorer les prises de décision du leader, ainsi que l’engagement des collaborateurs au travail.

Dans ce type de leadership spirituel, a-t-elle poursuivi, le leader va s’inspirer des valeurs comme la bienveillance, la sagesse, le respect, la compréhension, l’amour, l’éthique, la prévoyance, dont les impacts vont se refléter sur les décisions quotidiennes et sur les niveaux d’engagement au sein de l’entreprise.

Dans son exposé, le Président directeur général de la Société industrielle de montage du Faso (SIMOFA) depuis 2005, a aussi mis en garde les managers contre ce qu’elle qualifie de «flou conceptuel lié aux confusions sectaires et religieux dont il faut absolument éviter. Des faits qui ne relèvent pas, assure-t-elle, du leadership spirituel préconisé.

 «Sujet intéressant, bien conduit, avec des enjeux importants»           

Les membres du Jury, séduits par la présentation et la qualité du travail de Bintou Fabiola, l’ont jugé recevable et sa personne digne de porter le grade de Docteur en administration des affaires de l’Académie des sciences de management de Paris.

«Sujet intéressant, bien conduit avec le recours à des concepts robustes et  avec des enjeux importants abordés», s’est félicité un membre du Jury.

«Ce n’était pas une problématique évidente à aborder. Mais, c’est un travail de grande qualité qui nous a été présenté. Félicitations !», a renchéri le directeur de thèse, Jean Michel Plane, exhortant l’impétrante à garder le cap jusqu’aux prochaines étapes de son parcours de chercheur ; à savoir notamment les publications et les diffusions lors des colloques scientifiques.

«Ce n’est qu’un moment  dans un parcours. Ce n’est pas un aboutissement. Il faudra donc valoriser tout ça», lui  a-t- il conseillé.

Fabiola Zongo /Bassolé, un exemple du leadership spirituel

Pour Bintou Fabiola, le leadership spirituel est la meilleure solution aujourd’hui face aux crises des relations dans le monde du travail

De par son remarquable parcours de manager de plusieurs sociétés, Bintou Fabiola Zongo /Bassolé est un exemple grandeur nature du leadership spirituel. Et quand un autre membre du jury demanda si ce leadership qu’elle prône avec conviction existait dans les faits, Docteur Zongo a répondu par l’affirmative, partant de son propre expérience dans le milieu industriel où elle a dû, à maintes reprises, recourir à ces outils spirituels pour diriger avec succès des équipes composées majoritairement d’hommes.

C’est intéressant de le savoir que pour son brillant parcours académique et professionnel, Bintou Fabiola s’est d’abord formée à l’université de Ouagadougou d’où elle partira avec une maîtrise en science économique, option gestion d’entreprise de l’UO, ensuite à Institut international de développement du leadership d’Accra, au Ghana et puis à l’Université internationale de Bethany, à Singapour. Son séjour dans ces établissements académiques lui a été et est toujours d’une grande utilité dans sa carrière professionnelle.

Une valeur sûre dans le monde des affaires

Bref, un leadership décomplexé et pleinement assumé qui est aussi bien apprécié dans son milieu de travail que dans la société burkinabè. Une preuve sans conteste de compétence avérée et reconnue qui vaudra à Bintou Fabiola Zongo/ Bassolé d’être décorée en 2004 du Chevalier de l’ordre du mérite du ministère du commerce et de l’industrie du Burkina Faso. Depuis lors, ne s’est pas démenti son engagement pour un monde des affaires burkinabè plus compétitif, s’appuyant sur des mécanismes managériaux plus modernes, respectueux de la dignité humaine, économiquement et socialement viable, plus porteur.

La soutenance avec brio, ce 21 mai 2022, de sa thèse de doctorat d’une grande portée sur les «Pratiques managériales et impacts du leadership spirituel sur la prise de décision et l’engagement des collaborateurs dans une entreprise industrielle Burkinabè» en est une parfaite illustration.

Bref, les domaines de compétence de Bintou Fabiola Zongo vont du management à l’appui-conseil aux organisations en passant par la stratégie et gestion d’entreprise, l’administration de société, la finance. En un ou mille mots, une valeur sûre dans le monde des affaires, tout à l’honneur de la femme burkinabè et africaine.

Philippe Martin

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.