Les présidents Macky Sall et Vladimir Poutine se sont parlé ce vendredi à Sotchi à propos de la guerre en Ukraine; de ses conséquences pour l'Afrique

Après le coup de fil du 24 février dernier, le président sénégalais et en exercice de l’Union africaine, Macky Sall, s’est entretenu ce vendredi 3 juin à Sotchi avec le président russe, Vladimir Poutine au sujet de la guerre en Ukraine, notamment de ses conséquences pour l’Afrique en termes d’approvisionnement en denrées alimentaires (blé).

Pendant près d’une heure, le président de l’UA a plaidé la cause de l’Afrique auprès du dirigeant russe pour que la guerre en Ukraine ne soit pas un facteur de famine sur le continent noir.  C’est accompagné de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine que Macky Sall s’est rendu à Sotchi pour ce face-à-face historique avec le locataire du Kremlin.

«Le Président  Poutine nous a exprimé sa disponibilité à faciliter l’exportation des céréales ukrainiennes. La Russie est prête à assurer l’exportation de son blé et de son engrais. J’appelle tous les partenaires à lever les sanctions sur le blé et l’engrais», s’est félicité le chef de l’Etat sénégalais dans un tweet.

Et ce n’est pas tout. Le successeur de Boris Eltsine n’a pas manqué l’occasion de rappeler le rôle important joué par la Russie dans les processus de décolonisation sur le continent. Que ce soit dans les années 1950, 60 et 80.

Qu’on se le dise. Au-delà des préoccupations de sécurité alimentaire du moment, ce déplacement du haut dirigeant de l’UA dans la célèbre station balnéaire estivale de la mer Noire, n’est pas anodin. En effet, cela témoigne aussi de la volonté des initiateurs, de porter plus haut encore la voix du continent sur les grandes questions internationales (ici la guerre en Ukraine).

Avant lui, les précédents présidents en exercice de l’UA (Kagamé, Condé, Al-Sissi, Tshisekedi, Ramaphosa) l’ont également fait en portant la voix dans les grandes instances internationales. Toute chose qui participe de l’atteinte de l’aspiration 7 de l’Agenda 63 de l’organisation continentale, à savoir «Une Afrique qui agit en tant qu’acteur et partenaire fort, uni et influent sur la scène mondiale».

Après près d’une huitaine d’années de mise en œuvre (2014-2021) le continent a enregistré sur ce point 7, selon un dernier rapport, une performance globale appréciable de 58%. Sans doute que cette performance sera encore renforcée si l’expédition diplomatique du président Sall est suivi d’effet sur le terrain avec un déblocage du problème d’approvisionnement des pays africains en blé et en intrants agricoles.

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.