Photo de famille des officiels à l'issue de la Rencontre des patrons burkinabè ce 2 juin 2022 à Ouaga 2000

Malgré certaines apparences, la question sécuritaire est bien au centre des préoccupations des acteurs de la première édition de la Rencontre des patrons burkinabè (REPAB) dont l’ouverture a été présidée par le Premier ministre Albert Ouédraogo.

Le Premier ministre Albert Ouédraogo a relevé la préoccupation sécuritaire dans son allocution d’ouverture de la REPAB 2022

«Le contexte difficile que traverse notre pays nous impose des priorités de premier ordre, déclinées par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Paul-Henri Sandaogo Damiba dans ses différentes adresses à la Nation. Il s’agit notamment, de la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité du territoire national, de la refondation des bases de notre Etat, de la bonne gouvernance et de la réconciliation nationale. Ces priorités qui constituent la trame de la feuille de route que le Président du Faso a confiée au Gouvernement de Transition que j’ai l’honneur de diriger, sont aussi celles du Peuple et du monde des affaires, très affecté dans ses activités. Ai-je vraiment besoin de vous rappeler qu’aucune action de développement ne peut prospérer dans un environnement aussi hostile qu’est l’insécurité ?».

C’est en ces termes que le chef du gouvernement burkinabè, Albert Ouédraogo, a posé, ce jeudi 2 juin 2022, dans son discours d’ouverture de la première édition de la Rencontre des patrons burkinabè (REPAB), la préoccupation sécuritaire dans notre pays.

Mais, conscient que le terrorisme et l’insécurité rampante dans nos villes et campagnes se nourrissent de l’état de pauvreté de ces populations qui se sentent exclues du processus de développement socioéconomique ; le chef du gouvernement a salué à sa juste valeur le thème de la REPAB : «Le Patronat face aux défis du développement économique et social du Burkina Faso».

«Cette thématique illustre à souhait le fait que, malgré le contexte difficile, tous les acteurs du développement restent mobilisés pour faire face à l’adversité.  La rencontre des patrons du secteur privé sonne donc comme un message de résilience envoyé au reste du monde que, malgré les difficultés, le Burkina Faso reste debout. Je voudrais donc, à ce stade de mon propos, leur rendre un vibrant hommage et les remercier pour l’esprit de sacrifice dans la défense de l’intérêt commun qu’ils ne cessent de promouvoir pour le bonheur de tout le Peuple burkinabè», s’est-il félicité, saluant l’unité et l’engagement de tous les acteurs du monde des affaires qui, face à l’adversité, continuent, dit-il, de mener des réflexions soutenues, autour des questions de développement de leurs activités.

«Aussi voudrais-je vous rassurer, que nous allons ensemble, trouver les mécanismes pour garantir un positionnement institutionnel et un financement adéquat au Conseil National du Patronat Burkinabè, à l’image de ce qui se fait dans la sous-région ou ailleurs, au regard de son caractère stratégique pour le gouvernement dans la conduite des affaires du pays», a en outre promis le PM Albert Ouédraogo.

Et d’exhorter les patrons burkinabè à :

-accorder une place importante à l’innovation en vue d’améliorer la qualité des produits mis sur le marché;

– développer davantage des stratégies de levée des fonds sur le marché financier régional pour l’investissement, en vue de faire face au déficit de financement interne de l’économie et enfin ;

-travailler en synergie d’actions avec les centres de recherche, afin de susciter l’innovation et de faciliter l’adoption des nouvelles technologies.

La première édition de la Rencontre des patrons burkinabè s’achève ce vendredi 3 juin 2022.

Jean Bazié

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.