La CEDEAO a réagi depuis Abuja sur la décision des autorités maliennes de fixer la durée de la Transition à 24 mois

Au lendemain de l’annonce du décret présidentiel fixant à 24 mois la durée de la Transition malienne à compter du 26 mars 2022, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a réagi dans un Communiqué daté de ce mardi 7 juin parvenu à notre rédaction.

Par décret présidentiel, les autorités maliennes ont fixé ce 6 juin, la durée de la Transition à 24 mois

«La CEDEAO prend acte de la signature, le lundi 6 juin 2022, par les Autorités maliennes, d’un décret prolongeant de 24 mois la période de transition dans le pays. Elle regrette que cette décision ait été prise à un moment où les négociations se déroulent encore, en vue de parvenir à un consensus», indique le communiqué de l’organisation régionale dont le siège est à Abuja au Nigéria.

«Le Médiateur de la CEDEAO poursuivra les échanges avec les Autorités du Mali, en vue de parvenir à un chronogramme mutuellement acceptable de transition, permettant d’assurer un soutien de la CEDEAO», ajouté le communiqué de presse.

A la lecture de ce communiqué de presse, l’on se rend bien compte que la CEDEAO est gênée aux entournures avec ce nouveau développement de la situation politique au Mali.

Sans doute que l’organisation régionale aurait aimé les autorités maliennes se conformassent à sa proposition d’une durée de tout au plus 16 mois. Pourtant, la CEDEAO ne désespère sur cette possibilité.

D’où «Le Médiateur de la CEDEAO poursuivra les échanges avec les Autorités du Mali, en vue de parvenir à un chronogramme mutuellement acceptable de transition, permettant d’assurer un soutien de la CEDEAO».

Faut-il le rappeler, le prochain sommet de la CEDEAO sur la situation au Mali est prévu pour le 3 juillet prochain.

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.