Une vue des acteurs à l'ouverture de la 23ème session de l'Assemblée générale des établissements publics de l'Etat

La vingt-troisième Assemblée générale (AG) des Etablissements publics de l’Etat (EPE), s’est ouverte ce jeudi matin à Ouaga 2000 sous la problématique du contrôle interne et de la dématérialisation des services. Présidant la session au nom du Président du Faso, le Premier ministre Albert Ouédraogo a réaffirmé les priorités de la Transition visant notamment à « refonder l’État et améliorer la gouvernance».

C’est le le Premier ministre Albert Ouédraogo (au milieu) qui a présidé l’ouverture de la session

«Contrôle interne et dématérialisation des services dans les Etablissements Publics de l’Etat (EPE) : état des lieux et perspectives». C’est le thème de la vingt-troisième Assemblée générale (AG) des Etablissements publics de l’Etat (EPE), s’est ouverte ce jeudi matin à Ouaga 2000 sous la présidence du Premier ministre Albert Ouédraogo, représentant le président du Faso.

«Outre l’adoption des rapports de gestion des Conseils d’Administration et l’approbation des états financiers, l’Assemblée Générale offre l’occasion, d’évaluer les performances réalisées par les établissements publics de l’Etat et de formuler des orientations en rapport avec leurs missions de service public et les priorités de la politique gouvernementale.

Elle permet également d’échanger sur les difficultés d’ordre stratégique, organisationnel, fonctionnel, technique et financier qui affectent les performances des EPE et de partager les bonnes pratiques à promouvoir. Elle contribue en cela à la mise en œuvre du troisième objectif stratégique de la feuille de route de la transition à savoir « refonder l’État et améliorer la gouvernance»», a indiqué le chef du gouvernement dans son mot d’ouverture.

«L’obligation de rendre compte doivent demeurer les principaux repères»

«Ainsi, la bonne planification des actions de développement, la rationalité dans l’utilisation des ressources, la rigueur dans la gestion des deniers publics et l’obligation de rendre compte doivent demeurer les principaux repères dans l’accomplissement de nos missions», a- t-il poursuivi.

Abordant le choix du thème introductif de l’Assemblée générale, le PM Ouédraogo dira qu’il se justifie par le fait que depuis quelques années, la transformation digitale est au cœur de la gestion des finances publiques à travers un processus de dématérialisation. «A ce titre, la dématérialisation des processus répond à des besoins de simplification des procédures, de rationalisation des moyens et constitue un levier incontournable afin d’améliorer la qualité des services publics et la transparence de l’Administration. Les priorités dans le domaine de la dématérialisation des processus financiers et comptables consistent à optimiser les tâches, à réduire les délais de traitement, à gagner du temps dans la préparation des dossiers et à simplifier les chaînes de validation. La dématérialisation aboutit en général à une réorganisation de l’Administration et de son système d’information, mais aussi de ses relations avec d’autres organismes, et ne donne des résultats probants que lorsqu’elle est un outil de ce changement.  Aussi, elle implique que des contrôles adéquats, qui assurent la traçabilité de l’information et la maîtrise des risques soient mis en œuvre et intégrés dans les processus».

Mise en œuvre des résolutions et des recommandations de la 22e  session

Au menu des travaux de la présente AG des EPE, l’examen des rapports de gestion des Conseils d’administration et les états financiers de l’exercice 2021 105 établissements publics toutes catégories confondues.

«Je note avec satisfaction la mise en œuvre effective de la quasi-totalité des résolutions et des recommandations issues de la vingt-troisième (22ème) session de l’AG des EPE. Tout en vous exhortant à poursuivre cet élan, je voudrais transmettre les encouragements de Son Excellence Monsieur le Président de la Transition, Président du Faso, au personnel des EPE qui accomplit un travail remarquable au service de l’intérêt général et de la cohésion sociale», s’est félicité Albert Ouédraogo.

Et de rappeler que la session se tient dans un contexte où le pays a entamé «une nouvelle ère de son histoire politique » et où les Burkinabè aspirent de tous leurs vœux, à une transformation profonde de la gestion politique, administrative et économique de leur pays.

«L’ambition du Gouvernement de la Transition que j’ai l’honneur de diriger, est donc d’instaurer une gouvernance vertueuse, ancrée sur les fondements cardinaux de la République et des valeurs qui garantissent notre vivre-ensemble», a-t- il laissé entendre.

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.