A la faveur de la commémoration du premier anniversaire du putsch manqué, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), s’exprime à travers cette déclaration. Il dénonce l’immixtion du régime Kaboré dans le fonctionnement de la justice; puis appelle au jugement des personnes mises en cause dans les meilleurs délais. Lisez plutôt! upc

Peuple du Burkina Faso,

Il y a une année déjà que quatorze(14) de nos compatriotes tombaient sous les balles de l’ex-Régiment de Sécurité présidentielle tandis que quatre cent cinquante-quatre (454) autres victimes étaient enregistrées, suite au coup d’Etat manqué. Comme un seul homme, le peuple s’est levé et a pris en main son destin en mettant en échec la remise en cause de l’insurrection populaire.

Aux côtés des autres forces vives de notre pays, l’Union Pour le Progrès et le Changement(UPC) a joué sa partition. Ce dramatique souvenir demeure en nous une année après : Souvenir de nos compatriotes tombés au champ d’honneur, souvenir des blessés et de toutes les autres victimes connexes. C’est le lieu pour nous, en ce triste anniversaire, de rendre un vibrant hommage aux martyrs et au peuple burkinabè tout entier et de saluer l’action historique des syndicats, des chefs coutumiers et religieux, des médias, des OSC et des partis politiques du Cadre de Concertation de Partispolitiques de l’ex-CFOP. L’UPC salue tout particulièrement le courage, le sens du sacrifice de soi, le sens de l’honneur et du devoir, le loyalisme et le panache dans l’action de nos forces armées nationales.

Chers concitoyens,

Un an après le coup d’Etat manqué, nous réclamons toujours justice pour les martyrs, et le constat est le suivant : Des mandats d’arrêts émis puis annulés, des actes de justice falsifiés, des libérations tous azimuts, des victimes laissés à eux-mêmes, aucun jugement prononcé et une immixtion du pouvoir en place dans le fonctionnement de la justice doublée d’un langage populiste.

Les Burkinabè ont consenti le sacrifice pour vivre dans une vraie démocratie et pour être gouvernés autrement. L’UPC interpelle donc les nouvelles autorités surleurs responsabilités. L’UPC exige notamment que les dossiers du coup d’Etat soient jugés dans les meilleurs délais, et que les procès soient retransmis en direct à la télévision et à la radiodiffusion. Ainsi, le peuple qui s’est sacrifié aura accès à la vérité.

Dans le recueillement, dans la soif d’une vraie justice et d’une meilleure gouvernance, l’UPC commémore ce premier anniversaire de la résistance face au putsch.

Vive le Burkina Faso !
Vive la justice et vive une véritable réconciliation nationale !
Démocratie-Travail-Solidarité
Ouagadougou, le 15 Septembre 2016
Pour le Bureau Politique National de l’UPC
Le Secrétaire national chargé de la défense et de la sécurité
Colonel à la retraite Lona Charles OUATTARA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.