Dans ce document ci-dessous, un agent du Ministère de l’économie et des finances et du développement revient sur le sit-in du Syndicat national des agents des finances(SYNAFI). Pour lui, il est dirigé contre le personnel de soutien et particulièrement, le corps des Affaires Économiques. Lisez plutôt!SYNAFI

Selon la source qui a requis l’anonymat, le mouvement du SYNAFI vise à mettre la pression sur la MINEFID, afin qu’elle signe un arrêté discriminatoire , porteur de germe de division et de conflit entre les agents d’un même ministère. « En effet l’arrêté dont les représentants du SYNAFI exigent la signature prévoit un traitement des agents selon leur école de provenance. Il prévoit d’accorder 30% du Fonds Commun (FC) aux gardiens, agents de liaison, secrétaires, juristes, économistes, sociologues, géographes et ceux relevant du corps des Affaires Économiques » note-on.

Pour le SYNAFI, ces agents ci-dessus cités ne relèvent pas des emplois spécifiques du MINEFID. Or, depuis 2007 date à laquelle les 2 ministères ont fusionné pour donner le Ministère de l’économie et des Finances (MEF) il n’y a jamais eu un nouveau décret portant emplois spécifiques. Donc juridiquement, on ne peut pas exclure un agent du bénéfice du FC en considérant les 2 décrets portant emplois spécifiques de 2006 des 2 ministères (MEDEV et MFB) avant la fusion.

Pour notre source, il convient de relever que les avantages du FC sont accordés aux agents conformément aux attributions et à l’exécution des missions du MINEFID et non rattachés à l’école comme tente de défendre le SG du SYNAFI, (dont le mandat a échu depuis le 19 Décembre 2015).

Elle déplore qu’au niveau du Ministère de l’industrie, du Commerce et de l’artisanat (MICA) des agents qui relèvent des emplois spécifiques du MINEFID n’ont pas le FC; que dans le mouvement du SYNAFI, c’est le corps des Affaires Économiques qui est le plus visé.

C’est dans ce contexte, dit-elle, où les agents CAE luttent pour faire abroger les décisions d’excursion dans l’arrêté régissant la répartition du Fonds commun, qu’elle a appris l’initiative d’un arrêté porté par le SYNAFI et qui serait source de discrimination entre les agents du MINEFID.
 » C’est cet arrêté dont personne en dehors de l’administration et du SYNAFI, qui est source d’exclusion et tension entre les agents du même ministère » ajoute-t-elle en précisant que le SYNAFI refuse de présenter le projet d’arrêté à la base. Même les autres syndicats membres de la coordination syndicale du MINEFID ne connaissent pas le contenu de cet arrêté. Pas même la CGTB.

A l’occasion, une rencontre a eu lieu le 8 Février dernier et Bassolma BAZIE a demandé au SYNAFI de remettre à la CGTB et autres syndicats de la coordination le fameux projet d’arrêté et les autres documents relatifs à la situation présente pour qu’ils puissent prendre connaissance du contenu et de pouvoir défendre le SYNAFI en cas de besoin. Affaire à suivre!

Anderson Koné
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.