Alors que l’année scolaire 2016-2017 tire à sa fin, l’éditorialiste-écrivain, chargé de cours de journalisme, interpelle le ministre de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation , Jean Martin Coulibaly, sur les fléaux qui minent l’enseignement secondaire, mettant en péril l’avenir des élèves. Lisez plutôt cette lettre à travers laquelle l’homme de culture appelle le gouvernement à assainir le milieu scolaire, en synergie avec les partenaires sociaux.

Monsieur le ministre,

Notre école court à sa perte.
Elle apparait avec des élèves handicapés en exubérance, des enseignants éprouvés en déshérence et une administration sclérosée, en souffrance.
Le constat est amer, mais il ne semble pas déranger outre mesure. Et tout se passe comme tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.
J’ai alors hésité avant de vous écrire. Il m’a fallu mener un combat intérieur pour enjamber cette gêne rédhibitoire et en arriver à cette correspondance.
En effet, j’ai été encouragé par des signaux révolutionnaires que vous avez laissé transparaitre dans la gouvernance que vous tentez d’implémenter dans votre département.
Il nous a été rapporté avec insistance que, catastrophé par la disparité des valeurs des bons de carburant servis à vos collaborateurs, vous avez donné des instructions pour tout remettre à plat et repartir sur de nouvelles bases transparentes.
De même que vous avez bousculé de vieilles habitudes rétrogrades, en ordonnant l’affectation d’une certaine catégorie d’agents en poste au ministère, à l’intérieur du pays.
On a encore en mémoire que vous avez signé, fin mars dernier, un arrêté pour mettre fin aux abus sur les heures supplémentaires et de vacation dans les Ecoles nationales des enseignants du primaire (ENEP) du Burkina Faso.

Monsieur le ministre,
En cette veille de fin d’année encore, il m’a été donné de constater que les plaies qui abiment notre école, depuis des années, ne guérissent point. Au contraire, elles continuent de la dévorer au point qu’elle en est présentement défigurée.
De fait, les écoles-boutiques se multiplient, au mépris des règles, avec à la baguette des ogres aux ventres profonds, dont l’itinéraire n’a aucun lien apparent avec l’enseignement. Ils préfèrent ainsi recruter des bacheliers et les payer au rabais, largement en deçà des taux horaires fixés, aux dépens des enseignants capés, sortis des universités et des écoles de formation professionnelle.
J’ai vu de mes propres yeux des enseignants déserter les salles de classe, dans des établissements que je me garde de désigner, pour revendiquer leurs frais de vacation.
J’ai vu et observé des élèves séquestrer le personnel administratif d’un établissement privé, au motif qu’ils réclament le retour des enseignants en classe. J’ai vu des chefs d’établissement suspendre les cours dans les classes intermédiaires, une semaine durant, sous le fallacieux prétexte de la tenue des examens blancs du BEPC et du BAC.
J’ai vu des établissements arrêter les cours pour cette année scolaire 2016-2017 à la fin du mois d’avril. Les mieux disant cesseront de dispenser les cours dans la foulée du 12 mai prochain.
J’ai surtout été habitué à voir des établissements évoluer avec des populations supérieures ou égales à 1000 âmes, sans dispensaires, sans terrains de sport ni même des équipements sportifs, avec des latrines hors d’usage.
La fin des haricots, bon nombre d’établissements officient sans autorisation dûment délivrée par l’autorité compétente, dans des cadres vétustes, avec des bâtiments délabrés, des classes exiguës, des table-bancs inconfortables.
Certains établissements sont nichés dans des concessions, aux abords des routes, sans clôtures, d’autres sont construits aux abords des marchés, des cimetières, s’ils n’hébergent pas des maquis, des kiosques et autres endroits jugés pernicieux, de nature à favoriser la déperdition des élèves, en un mot, la dépravation des mœurs.

Monsieur le ministre,

J’ai le cœur contrit et meurtri.
Je n’imagine pas votre état d’esprit.
Tout compte fait, voudriez-vous bien vous pencher sur cette délicate question.
Je suis convaincu que l’enseignement est un domaine de si grande importance. Je reste aussi persuadé que c’est un domaine de souveraineté nationale où se joue notre avenir à tous.
On ne le dira jamais assez, l’enseignement est de la responsabilité de l’Etat. C’est parce que l’Etat ne peut pas tout faire qu’il recourt à l’expertise nationale. Ce n’est pas pour autant qu’on va laisser l’école entre les mains de prestidigitateurs gominés, peu soucieux de l’avenir et du devenir des élèves.

Monsieur le ministre,

Vous pouvez et vous devez aller au combat pour sauver notre école.
Mais pas tout seul, en synergie avec les partenaires sociaux.
Je veux parler des syndicats, des organisations professionnelles, des associations des parents d’élèves, des fondateurs d’établissement eux-mêmes.
Je ne vais pas de mains mortes, j’ébauche quelques pistes que vous voudriez bien soumettre à l’intelligence de vos conseillers et experts techniques.
Il faut aller loin, au-delà des subventions étatiques versées annuellement aux établissements privés.
Il faut arrêter les esclavagistes des temps présents qui essaiment nos quartiers avec des entreprises scolaires qui n’ont d’autres effets que de précipiter les enfants aux portes de l’incertitude.
Il nous faut une nouvelle législation plus restreignant et coercitive.
Il faut arrêter les constructions anarchiques des écoles pour que celles-ci se conforment aux plans d’urbanisation qui prévoient des espaces à cet effet.
Il faut au besoin élargir les missions et les attributions des inspecteurs pédagogiques, si nécessaire créer un corps d’inspecteurs techniques, chargés de vérifier la qualité des infrastructures et leur conformité aux normes en vigueur, avant l’ouverture des établissements privés. Et ce travail de vérification, s’il est déjà fait, devrait être renforcé et se poursuivre à intervalle régulier, au gré des conjonctures.
Il faut conforter, au cas par cas, les établissements privés avec un personnel administratif, notamment des directeurs chargés des études et des comptables. Ces derniers tiendront la comptabilité, gèreront les charges de fonctionnement et paieront les frais de vacation et engageront, au besoin, les dépenses d’investissement entrant dans le cadre de l’année suivante. Quitte à verser en fin d’exercice annuel le bénéfice aux fondateurs d’établissement.

Monsieur le ministre,

Je ne doute pas de votre disposition d’esprit.
Je fonde espoir que vous ferez de cette question une de vos priorités.
Je fonde espoir que vous mettrez à profit ces vacances scolaires pour y réfléchir.
Je voudrais bien m’arrêter là, en partageant avec vous une citation sortie de mon cru linguistique : « L’école est le foyer de l’intelligence planétaire ».
Ne laissez alors pas la nôtre sombrer dans les profondeurs abyssales de l’obscurité.

Faites donc en sorte que l’histoire retienne que c’est vous qui avez amorcé la lutte contre ce merdier tant redouté, pardon, le naufrage collectif.

Adama BAYALA
éditorialiste-écrivain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.