Dans le dossier Norbert Zongo, beaucoup d’acteurs burkinabè, y compris le gouvernement, attend beaucoup de Paris où a lieu ce mercredi la première audience relative à la procédure d’extradition de François Compaoré, soupçonné d’«incitation à assassinat».

Le porte-parole du gouvernement burkinabè l’a dit, «l’espoir de tous reste le dénouement judiciaire » du dossier Norbert Zongo. Et cela pourrait passer aussi par Paris où a lieu ce mercredi la première audience relative à la procédure d’extradition de François Compaoré, soupçonné d’«incitation à assassinat ».

Face au président français Emmanuel Macron, le 28 novembre dernier ; certains étudiants n’étaient pas passés par quatre chemins pour exiger de la France l’extradition du frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré. Réagissant à cette exigence Macron ne s’y était pas montré hostile. Puis il y a eu cette annonce de la première audience de M. Compaoré. La justice ayant ses règles, reste à savoir si la justice française saura se montrer à la hauteur des attentes de ceux qui exigent l’extradition rapide de François. De leurs côtés, les soutiens de François, notamment ses avocats travaillent à ce que perdure le statut quo. Des deux camps qui remportera la partie ? Wait and see, comme disent les Anglais.

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.