L’ex-enfant prodige de Laurent Bado, Tahirou Barry, a  assisté dans l’après-midi de ce dimanche 27 janvier 2019 à Ouagadougou, à  Ouagadougou au lancement officiel du nouveau parti politique, le  Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR) sous la bannière duquel il partira à la conquête du fauteuil présidentiel en 2020, après l’expérience  avec le PAREN de Laurent Bado en 2015.

C’est Carlos Toé, l’ex-bras droit de Tahirou Barry, lorsque ce dernier dirigeait encore le PAREN, qui a présidé ce dimanche 27 janvier 2019, la cérémonie de naissance du nouveau parti, le  Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR). Il en est déjà le président officiel.

Pour la représentante des femmes du parti, par ailleurs trésorière générale du MCR, Mme Kadiatou Kourouma, cette cérémonie est un moment historique qui marquera un nouveau départ pour la vie politique du Burkina Faso.  Elle soulignera qu’elles « réaffirment leur attachement à la structure de la patrie qu’est le Burkina Faso ».

Et Tahirou Barry, considéré comme père fondateur du nouveau parti, de marteler que l’avenir des Burkinabè est pris en otage par des politiciens qui ont développé l’art de démarrer une machine de conquête du pouvoir sans savoir démarrer celle du développement et qui dorment au milieu d’un grand feu de brousse».

Se laisser berner par des promesses

En parlant des maux du pays à l’heure actuelle, le domaine de définition de la nation, le futur candidat du MCR à la présidentielle de 2020 va alors s’interroger deux fois : comment comprendre que dans un pays miné par des attaques terroristes et communautaires et surtout placé en Etat d’urgence, on puisse renvoyer tout un gouvernement pendant près d’une semaine et le ramener après dans sa quasi-totalité ?

Pendant combien de temps encore, allons-nous nous laisser berner et flatter par des promesses et des chiffres qui ne sont en réalité que des hallucinogènes ? A écouter M. Barry, il est temps de ne plus subir mais d’agir, de mûrir ; car le combat sera dur et très dur.

Partis de l’opposition fortement représentés

A en croire le président du MCR, Carlos Toé, ce nouveau parti se veut un outil politique original pour repositionner le Burkina Faso sur les sentiers de l’émergence. Par conséquent, Tahirou Barry est l’homme de la solution pour ce qui est de dépeindre le Burkina de ces problèmes de longue date. C’est pourquoi, continue-t-il, il va se présenter aux élections de 2020.

Parmi les participants et les invités de ladite cérémonie, on pouvait voir des autorités coutumières venus de différentes villes du pays, et des représentants de parti politiques (CDP, NAFA, APP, Faso Autrement) et même du CFOP.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.