Le coordonnateur du V4CP, Mahamadou Badiel (milieu), a présidé l'ouverture de l'atelier de présentation du plan d'action 2020 du Programme à la CNPDER.

Les organisations de la société civile  du groupe thématique énergies renouvelables du Programme «voix pour le changement» (V4C) disposent d’un plan d’action 2020, destiné à être mis en œuvre avant le 31 juillet, vu que le programme est à sa dernière année. Elles l’ont présenté ce vendredi 6 mars 2020 à Ouagadougou à la Coalition nationale des OSC pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable au Burkina Faso (CNPDER BF).  C’était au cours d’un atelier dont l’ouverture a été présidée par le coordonnateur de V4CP, Mahamadou Badiel ; en présence du président de la CNPDER BF Charles Didace Konseibo et du représentant du secrétaire exécutif de l’AGEREF-Comoé Léraba Fossène Tou.

Le coordonnateur du V4CP, Mahamadou Badiel (milieu), a présidé l’ouverture de l’atelier de présentation du plan d’action 2020 du Programme à la CNPDER.

Les organisations de la société civile du groupe thématique énergies renouvelables du Programme «voix pour le changement» (V4C), à savoir l’Association de la gestion des ressources naturelles et de la faune de la Comoé-Leraba (AGEREF/CL) ; le Centre écologique Albert  Schweitzer (CEAS Burkina) et l’OCADES Dédougou sont à pied d’œuvre pour la réussite des activités de la dernière année du Programme qui s’achève cette année.

Dans cette optique, le plan d’action 2020 a été présenté au cours d’un atelier ce vendredi 6 mars 2020 aux membres de la Coalition nationale des OSC pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable au Burkina Faso (CNPDER-BF).

Le représentant du secrétaire exécutif de l’AGEREF-Comoé Léraba Fossène Tou, déclinant les objectifs de l’atelier

L’objectif principal, a indiqué dans son mot de bienvenue Fossène Tou, représentant du secrétaire exécutif de l’AGEREF Comoé-Leraba,  c’était de susciter d’une part leur adhésion audit plan d’action et créer une synergie d’action afin d’atteindre les objectifs du plaidoyer mené et d’autre part, renforcer les capacités des OSC membres de la Coalition CNPDER-BF sur  la durabilité organisationnelle de la CNPDER-BF ou la pérennité des acquis du V4CP.

Pérennité des acquis du V4CP

Le coordonnateur de V4CP, Mahamadou Badiel, a foi en la pérennité de la CNPDER-BF

La question de la pérennité des acquis du V4CP ou de la durabilité organisationnelle de la CNPDER-BF se pose d’autant plus que le Programme V4CP, qui l’a permis de fonctionner jusque-là, s’achève cette année. Avec la fin du V4CP en 2020, le CNPDER-BF pourrait se retrouver après sans ressources financières pour continuer le plaidoyer autour de l’accès des populations aux services et équipements d’énergies renouvelables de qualité. Comment échapper à ce cycle  classique de la disparition des OSC à la fin des projets et programmes ?

Mais, à entendre le coordonnateur de V4CP, Mahamadou Badiel, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. «Nous avons foi en la durabilité de la CNPDER-BF», a-t-il assuré. Et d’expliquer : «Même sans l’appui des projets, il faudra que les membres soient soudés, faire le réseautage parce que ce projet a permis à tout le monde de mieux se connaître, de discuter, de mettre ensemble leurs ressources humaines et techniques pour pouvoir continuer le programme à la fin du projet».

«Ne pas s’arrêter en si bon chemin»

Pour le président de la CNPDER BF Charles Didace Konseibo, la Coalition doit chercher les voies et moyens de survivre à la fin du V4CP

Pour le président de la CNPDER BF Charles Didace Konseibo, la perspective de l’achèvement du V4CP en 2020 ne devrait pas émousser l’engagement des OSC  tellement l’accès des populations aux services énergétiques de qualité est devenu crucial dans notre pays. «Nous ne devons pas nous arrêter en si bon chemin», a-t-il plaidé.

Photo de famille des participants à l’atelier

Et d’évoquer des stratégies explorables au niveau de la Coalition pour assurer sa pérennité. «Nous voulons qu’au niveau de la Coalition il y ait un mécanisme qui nous permet de survivre au Programme V4CP qui va finir».

Depuis sa création le 3 août 2017, la CNPDER-BF a pu fonctionner jusqu’aujourd’hui grâce à 2  programmes.

Le groupe d’experts de la CNPDER-BF s’est réuni jeudi pour préparer le présent atelier

Il s’agit d’abord du projet «Accélérer la mise en œuvre des politiques régionales sur les énergies propres en Afrique de l’Ouest (ACE-WA) conduite par CEAS Burkina et qui s’est achevé en 2018. Et ensuite du V4CP coordonné par l’Organisation néerlandaise de développement Burkina Faso (SNV BF) et qui s’achève en 2020.

Durabilité prise en compte

Le consultant Inoussa Traoré au cours de son exposé sur la durabilité organisationnelle

La durabilité, la pérennité de la CNPDER-BF est une préoccupation  partagée au niveau du Programme V4CP. Elle a été au cœur des travaux de l’atelier de présentation du plan d’action 2020 du programme ce 6 mars et au cœur de ceux de la réunion préparatoire du groupe d’experts de la CNPDER BF tenu la veille 5 mars 2020.

«Le défi, c’est de montrer que notre coalition peut survivre aux temps des projets et programmes», annonçait déjà jeudi Charles Didace Konseibo, à l’ouverture de la réunion du groupe d’experts de la CNPDER BF. Le vendredi, la question a été largement débattue à la lumière d’une présentation assurée par le consultant Inoussa Traoré qui a abordé les différents aspects de la durabilité organisationnelle : le plan stratégique, la mobilisation des ressources, le leadership.

Participation active aux échanges

Par ailleurs, la question de la durabilité de la CNPDER BF est bien prise en compte au niveau du V4CP, notamment de son plan d’action. «Nous devons travailler ensemble et faire en sorte que le dernier village du Burkina Faso  ait accès à l’énergie renouvelable de qualité», indiqué le coordonnateur du V4CP, Mahamadou Badiel.

Espoir d’un programme de plaidoyer CNPDER-BF

«Nous allons mener des concertations avec le ministère de l’énergie, le ministère en charge de  l’éducation nationale, le ministère en charge de la formation professionnelle pour approfondir l’offre de formation de niveau intermédiaire dans les structures de formation  nationales afin que nous disposions dans les années à venir  de techniciens de niveau intermédiaire qualifiés qui puissent être présents dans les villages les plus reculés du Burkina Faso pour offrir leurs services de qualité», a confié Fossène Tou.

Pour le président de la CNPDER-BF Konseibo, la pérennité sera une réalité lorsque la Coalition se dotera de son programme de plaidoyer propre. «Si nous avons nous-mêmes un projet de plaidoyer que nous déroulerons nous-mêmes au sein de la coalition, je crois que ce sera vraiment le début et on espère que d’ici 2021 nous puissions avoir un programme propre à la Coalition pour mettre en œuvre. (…) la pérennité, ce sera surtout ça».

V4CP à la SEERA 2020

Par ailleurs, a été évoquée et débattue l’idée de la participation des acteurs de la thématique énergie renouvelable du V4CP à la quatrième Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA) prévue du 2 au 4 avril 2020 à la salle internationale de conférence de Ouaga 2000. Des suggestions ont été émises pour une meilleure participation à la SEERA 2020. Cette participation à la SEERA viendra s’ajouter aux autres activités du plan d’action 2020 aussi bien du V4CP que de la Coalition CNPDER-BF.

Fossène Tou présentant le plan d’action 2020 du V4CP

Au titre des activités inscrites au plan d’action 2020 du V4CP, on peut citer entre autres :

– Réaliser une étude Nationale pour faire l’Etat des lieux des installations solaires publiques au Burkina Faso ;

-Organiser un atelier de restitution de l’étude sur la volonté et la capacité financière des populations à acheter des équipements de qualité ;

-Organiser un atelier de restitution de l’étude sur l’état des lieux des installations solaires dans les services sociaux de base au BF ;

-Organiser un forum national sur la régulation des Energies renouvelables au Burkina Faso.

Félicité Ilboudo présentant le plan d’action 2020 de la CNPDER-BF

Au nombre des activités inscrites au plan d’action 2020 de la Coalition CNPDER-BF, l’on peut noter en autres :

– Restitution de l’étude sur l’état des lieux des installations solaires dans les services sociaux de base au BF

– Participer à un atelier de restitution de l’étude sur la volonté et la capacité financière des populations à acheter des équipements de qualité ;

– Capitaliser les expériences de la CNPDER-BF et de ses partenaires ;

Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici