C'est le ministre de l'énergie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, qui a présidé le lancement

Au Burkina Faso, une étape importante a été franchie  dans les efforts visant le renforcement de la compétitivité des acteurs nationaux en matière d’énergie renouvelable. Les autorités du secteur  en partenariat avec des organisations stratégiques- Fonds vert pour le climat et la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a en effet lancé ce vendredi 3 juillet 2020 à Ouagadougou, l’ambitieux programme «Cluster solaire» destiné  à faire du pays, à en croire le ministre de l’énergie Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, une référence sous- régionale en la matière.

C’est le ministre de l’énergie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo (micro), qui a présidé le lancement du cluster solaire

C’était assurément l’un des projets phares de la direction générale de l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE). Et c’était toujours un réel régal pour son directeur général Issouf Zoungrana d’en parler à ses interlocuteurs désireux d’en savoir sur les grands projets de l’ANEREE, bras opérationnel du ministère de l’énergie en matière de promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Il s’agit du programme du cluster solaire dont le lancement est intervenu ce vendredi 3 juillet 2020 au cours d’un atelier avec les opérateurs de la filière solaire et de l’efficacité énergétique.

Renforcer les capacités des acteurs nationaux

Des éléments des 5000 jeunes formés à l’énergie solaire en 2019 ont reçu leurs attestations

 

Pour le ministre de l’énergie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, l’initiative s’inscrit en droite ligne des ambitions de son département et partant du gouvernement de faire du Burkina «un hub sous- régional» en matière d’énergie solaire. Il s’agit concrètement, a-t-il expliqué,  d’outiller les acteurs nationaux du secteur à travers des mécanismes de renforcement de capacités techniques et de facilité de financement innovant pour leur permettre véritablement de tirer profit des opportunités sur le marché sous- régional, régional et international du solaire ; de tirer profit du potentiel que présente le secteur. Ainsi, l’initiative permettra aux entreprises locales d’être éligibles à des prêts aux taux préférentiels de 5-6% sur des délais de maturité de 15 ans.

Le directeur général de l’ANEREE, Issouf Zoungrana, a décliné l’objectif du cluster solaire

Abondant dans le même sens, le DG Zoungrana a indiqué que le cluster solaire a pour objectif principal de créer un synergie d’actions entre les acteurs nationaux  de la filière solaire pour permettre de tirer davantage profit du «business solaire en plein essor» estimé à plus de 1 000 milliards de francs CFA d’ici fin 2021, avec notamment de nombreux de construction de centrales solaires dans le pays.

Vers un annuaire des acteurs nationaux du solaire

Et à l’écouter, les choses ne font que commencer. L’ANEREE a déjà répertorié quelques 250 importateurs de panneaux solaires et formé plus de 5000 jeunes aux énergies renouvelables dans le 13 régions du pays l’année dernière. Certains de ces jeunes formés ont reçu sur place des mains des officiels leurs attestations. A terme, l’ANEREE veut doter le pays d’un annuaire de tous les acteurs du solaire et de l’efficacité énergétique.

Issaka Ouédraogo, autorité nationale désignée du fonds vert climat

Mis en œuvre en partenariat avec le Fonds vert pour le climat, le programme Cluster solaire du Burkina Faso bénéficie de l’accompagne financier de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD)  qui fait du développement et de l’intégration sous- régional, depuis sa création en 1973, son cheval de bataille.

Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici