Le président malien, Ibrahim Boubacar Kéita, vivement contesté par son opposition

Les membres du comité stratégique du M5 FRP ont décidé ce jour de suspendre leur mouvement de contestation contre le régime jusqu’à la fin du mois de juillet pour permettre aux fidèles musulmans du pays de fêter Tabaski. C’est donc la trêve dans la crise politique au Mali.

Le président Ibrahim Boubacar Kéita devrait pouvoir souffler un peu avec cette trêve de Tabaski du M5 FRP

Ce sera assurément un temps de répit et surtout une bonne nouvelle pour le président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) dont le départ de la présidence malienne est réclamé à cor et à cri depuis quelque temps par le mouvement de contestation M5 FRP. Il S’agit de la décision des membres du comité stratégique du M5 FRP de suspendre leur mouvement de contestation jusqu’à la fin du mois de juillet pour permettre aux fidèles musulmans du pays de fêter Tabaski.

Une autre bonne nouvelle

Le M5 FRP a décidé de suspendre leur mouvement de contestation jusqu’à la fin du mois de juillet

La bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, quatre chefs de la CEDEAO, en l’occurrence les présidents Mahamadou Issoufou du Niger, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Macky Sall du Sénégal et Nana Ado du Ghana sont annoncés jeudi prochain à Bamako pour tenter de réussir là où a échoué la délégation de la commission de l’organisation régionale.

Dans cette crise malienne, la fête de Tabaski, «la fête du mouton» comme on l’appelle communément, semble particulièrement bien tombée avec ces 2 nouvelles. La Tabaski est, faut-il le rappeler, l’une des plus grandes, sinon la plus grande fête religieuse du pays. Sa célébration chaque année donne généralement lieu à des réjouissances populaires.

Pour autant, cette trêve  ne signifiant pas la fin de la crise ; les uns et les autres devraient faire preuve de modération dans les réjouissances car, il faudra bien, après la fête, reprendre les hostilités à moins que l’entente ne redevienne entre-temps la chose la mieux partagée dans la maison Mali à la faveur notamment de la venue à Bamako,  en mission de bons offices des 4 émissaires de haut niveau de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. En tout cas, c’est tout le mal que l’on peut souhaiter aux Maliens en ces temps difficiles et d’incertitude.

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici