La représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso, Maïmouna Mbow Fam (au milieu), lors d'une rencontre avec les journalistes économiques le 24 juin 2021

Les appuis de la Banque mondiale aux actions de développement au Burkina Faso sont régis depuis juillet 2018 par le cadre de partenariat 2018-2023 qui découlait des priorités de l’époque. Le contexte ayant évolué avec la survenue de la pandémie de la Covid-19, la dégradation de la situation sécuritaire, des problèmes économiques et de gouvernance ; la Banque mondiale organise, à partir de ce mardi 13 juillet, une série de consultations sur la revue à mi-parcours de la performance dudit Cadre partenariat avec le Burkina Faso.

La représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso, Maïmouna Mbow Fam, lors d’une rencontre avec les journalistes économiques le 24 juin 2021

Recueillir l’opinion des différents acteurs sur les grandes orientations de sa stratégie révisée au regard des changements importants intervenus sur le contexte socioéconomique du Burkina Faso.

C’est l’objectif principal des consultations qu’organise du 13 au 19 juillet 2021 la représentation résidente de la Banque mondiale à Ouagadougou. Ces consultations s’inscrivent dans le cadre de la revue à mi-parcours du Cadre de partenariat 2018- 2023.

Plusieurs acteurs du développement socioéconomique concernés

Compte tenu du contexte de la Covid-19, les présentes consultations de la Banque mondiale seront essentiellement organisées à Ouagadougou et concerneront notamment 8 acteurs :

-le gouvernement ;

-les partenaires techniques et financiers ;

-le secteur privé ;

-la société civile ;

-les académiciens ;

-l’assemblée nationale

-le conseil économique et social ;

-les médias ;

-des groupes de réflexion.

Intégrer le changement de contexte dans l’approche de la Banque

Le ministre burkinabè de l’économie, Lassané Kaboré et la représentante résidente de la Banque mondiale, Maimouna Mbow Fam, le 28 septembre 2020, lors de la signature d’un accord de financement additionnel de 56 milliards de F CFA dans le cadre du projet d’amélioration de l’accès et de la qualité de l’Education (PAAQE)

De 2018 à 2021, le contexte socioéconomique a beaucoup évolué avec notamment la survenue de la Covid-19 et ses impacts négatifs sur l’économie et la société ; la dégradation de la situation sécuritaire, les problèmes de gouvernance ; sans oublier la fin du Plan national de développement économique et social (PNDES) sur lequel est adossé l’accompagnement de la BM.

Même si certaines existaient avant 2018, ces difficultés ne se posaient pas avec autant d’acuité que maintenant. C’est pourquoi, la Banque dans un souci d’efficacité de ses interventions, veut intégrer ce changement contextuel.

Une volonté de changement de cap qui devrait évidemment prendre en compte le nouvel référentiel national de développement 2021-2025 en phase d’adoption. A défaut de voir la Banque mondiale s’engager, à l’issue du processus de révision de son cadre partenarial, dans des secteurs de souveraineté comme la sécurité et la défense, l’on pourrait s’attendre à des réaménagements avec plus de financements dans d’autres secteurs déjà concernés.

Prémisses de la revue en mars 2021

L’on peut dire que les prémisses de la revue du Cadre de partenariat 2018-2023 entre la Banque mondiale et le Burkina Faso ont eu lieu en début mars, plus précisément le 2 mars 2021 à Ouagadougou, avec une rencontre qui a réuni les deux parties sur la question. Mais, il ne s’agissait qu’une rencontre entre le gouvernement burkinabè sous la houlette du ministère de l’économie, des finances et du développement d’une part et la représentation résidente de la Banque mondiale, d’autre part.  Cette première rencontre tenue en présentielle et en virtuelle en présence de membres du gouvernement et de la Représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso Maïmouna Mbow Fam, avait déjà permis d’apporter quelques correctifs en tenant compte de l’évolution du contexte évoqué plus haut. Les termes «revue conjointe du portefeuille de la Banque mondiale» avaient même été utilisés pour désigner la rencontre.

«Quels outils et instruments pour l’amélioration de la performance du portefeuille des projets et programmes de la Banque mondiale au Burkina Faso dans un contexte sécuritaire  et sanitaire difficile», c’était le thème de cette rencontre qui visait à améliorer la performance du portefeuille  de la Banque mondiale en réduisant, disait-on, «les lourdeurs administratives et les contraintes qui empêchent le Burkina Faso de dépenser la totalité des fonds mis à sa disposition par la Banque mondiale”.

Un portefeuille de 3, 53 milliards de dollars américains en fin janvier 2021

Selon la représentante résidente, cette revue du 2 mars 2021 intervenait dans un contexte de flux importants de ressources financières de la BM à destination du Burkina Faso et que cela constituait des opportunités de relance de l’activité économique, suite aux impacts négatifs de la Covid-19 et de la crise sécuritaire.

En effet, à entendre Mme Mbow Fam, le portefeuille des opérations de la Banque mondiale au Burkina Faso a presque doublé en trois ans, les engagements financiers ayant passé de 800 milliards de F CFA (1,7 milliard de dollars américains) en 2018 à 1 700 milliards de F CFA (3, 53 milliards de dollars américains) en fin janvier 2021.

Une situation favorisée par l’admission du Burkina Faso en décembre 2020 aux ressources additionnelles de prévention et de résilience destinées à accélérer la mise en œuvre des projets au bénéfice des zones et des populations les plus vulnérables avec une augmentation de 70% de l’enveloppe allouée au pays.

Un cadre de partenariat pays initial de 2,2 milliards de dollars

Les présentes consultations qui débutent ce mardi matin avec les représentants du gouvernement dont ceux du Ministère de l’économie, des finances et du développement (MINEFID) devraient déjà permettre aux responsables de la représentation nationale de la Banque mondiale de se faire une idée des impacts des correctifs apportés il y a un peu plus de 6 mois pour favoriser l’absorption des flux financiers additionnels.

Faut-il le rappeler, le Cadre de partenariat Banque mondiale –Burkina Faso 2018- 2023, c’était au départ un portefeuille de 2,2 milliards de dollars américains. Sur les axes de ce cadre de partenariat la représentante résidente Maimouna MBow Fam, en poste depuis 1er juin 2020, expliquait : «le soutien du groupe de la Banque mondiale au Burkina Faso pour la période 2018-2023 s’articule autour de trois piliers que sont :

-accélérer la croissance durable tirée par le secteur privé pour la création d’emplois ;

-investir dans le capital humain et les systèmes de protection sociale ;

-renforcer la gouvernance et soutenir la participation citoyenne».

Pour l’histoire, il est à noter que les débuts de la coopération entre le Burkina Faso, ex-Haute Volta et la Banque mondiale remontent à la fin des années 1960. Ainsi, le premier crédit de l’institution de Breton Woods à notre pays avait été signé le 18 février 1969 et avait servi à financer à l’époque, l’expansion et la réhabilitation du système de télécommunications du pays.

Nous reviendrons dans nos prochaines éditions sur quelques secteurs socioéconomiques où intervient actuellement la Banque mondiale.

Grégoire B. BAZIE

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici