Le Kenyan Emmanuel Korir, médaillé d'or au 800 m aux JO de Tokyo

Au sortir des Jeux olympiques de Tokyo dont la clôture est intervenue ce dimanche 8 août dans la capitale nipponne, que retenir comme bilan global des représentants de la cinquantaine de pays qui y ont défendu les couleurs du continent ? Si l’on peut noter une petite progression pour les représentants africains à ces JO de Tokyo par rapport à ceux de RIO il y a cinq ans, les pays africains dans leur ensemble doivent redoubler encore d’efforts pour espérer titiller les grandes nations dans les palmarès olympiques.

Le Kenyan Emmanuel Korir, médaillé d’or au 800 m aux JO de Tokyo

Pour l’Afrique, entre Rio de Janeiro en 2016 et Tokyo en 2021, l’eau a quelque peu coulé sous les ponts olympiques. Pas forcément dans le mauvais sens puisque l’on note une petite progression en termes de médailles glanées. En 2016, seulement 4 pays étaient répartis de Rio avec au moins une médaille d’or : Kenya, Afrique du Sud, Ethiopie, et Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, ce sont au total 7 pays africains qui gagné au moins une médaille d’or à Tokyo. Il s’agit notamment du Kenya (4), l’Ouganda (2), l’Afrique du Sud (1), la Tunisie (1), l’Egypte (1), l’Ethiopie (1), le Maroc (1). Ce qui fait un total de 11 médailles d’or africains à Tokyo contre 10 médailles d’or à Rio en 2016.

L’énorme progrès de l’Ouganda à Tokyo

L’athlète Ougandais Joshua Cheptegei a créé la sensation en devenant champion olympique du 5000 m à Tokyo

C’est un énorme progrès pour un pays comme l’Ouganda classé 36e cette année alors qu’il ne figurait pas dans le palmarès de Rio. Il en est de même dans une moindre mesure pour les pays comme le Maroc, la Tunisie et l’Egypte qui ont également progressé dans le palmarès des JO de Tokyo par rapport à Rio, en gagnant chacun une médaille d’or.

La karétaka Feryal Abdelaziz, première femme égyptienne médaillée d’or, hurlant de bonheur après son sacre olympique

Ainsi l’Egypte et la Tunisie sont passées de la 75ème place au palmarès en 2016 à respectivement 54ème et 58ème places au palmarès des JO de 2021.

Le Maroc pour sa part, a aussi progressé de 17 places au palmarès, passant de la 78ème place en 2016 à la 63ème place en 2021. En termes de régions africaines, c’est l’Afrique du Nord qui a le plus fait de progrès. Sur pays présents à Tokyo, 3 sont donc rentrés avec des médailles.

Percée du Burkina Faso et du Ghana, soutenu par le Nigéria

Le Burkinabè Hugues Fabrice Zango, médaillé de bronze au triple saut, a inscrit son pays dans le palmarès des JO

En Afrique de l’Ouest, l’on note également la percée du Burkina Faso et du Ghana qui repartent de Tokyo avec au moins une médaille de bronze après les expéditions infructueuses de Rio. Les deux pays voisins sont soutenus par le Nigéria qui a également amélioré sa position dans le palmarès, avec 1 médaille d’argent et 1 médaille de bronze contre seulement 1 médaille de bronze à Rio. Le Nigéria passe alors du 78ème rang en 2016 au 74ème rang en 2021.

Contreperformances kényane, sud-africaine et éthiopienne

Intraitable les sur 10.000 m, Selemon Barega (21 ans) est l’une des rares satisfactions éthiopiennes à ces JO de Tokyo

Mais, ces relatifs succès ne doivent pas faire perdre de vue les contre-formances des pays qui habituellement tirent le continent vers le haut dans ces compétitions olympiques. Il s’agit notamment du Kenya, de l’Afrique du Sud, de l’Ethiopie. Si au sortir de Tokyo, les premiers pays cités conservent respectivement la première et deuxième place sur l’échiquier africains, il n’en demeure pas que ces pays ont dégringolé dans le palmarès des JO comparé celui de Rio où ils étaient classés respectivement 15ème et 30ème. Le Kenya est 19ème et l’Afrique du Sud 52ème dans le palmarès des JO de Tokyo. L’Ethiopie pour qui la concerne, se retrouve au 56ème rang dans le palmarès alors qu’elle était 44ème aux JO de Rio. Comme quoi, l’arbre ne doit pas cacher la forêt au sortir de ces JO de Tokyo. Les athlètes africains doivent redoubler d’efforts pour encore mieux nous représenter des 33èmes JO prévus en 2024 à Paris en France.

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.