L'ancien président Blaise Compaoré (posant ici avec son épouse Chantal Compaoré) s'est prononcé depuis son exil Abidjanais

En proie aux attaques terroristes qui ont fait des centaines de morts et un million et demi de Personnes déplacées internes, le Burkina Faso essaie tant bien que mal d’y faire face avec les moyens et les soutiens qui sont les siens. Pour l’ancien président Blaise Compaoré, âgé aujourd’hui de 70 ans et qui a dirigé le pays de 1987 à 2014, la solution passe «l’Union sacrée».

«Face à ces drames qui ne cessent de se répéter laissant le peuple dubitatif sur son avenir et sur celui du pays tout entier, il est essentiel de se souvenir que sans une union sacrée nous ne parviendrons pas à arrêter la barbarie de ces assassins et à préserver l’intégrité de  notre territoire», a- t-il  indiqué dans un courrier datant du 27 août dernier et dont des extraits  circulent en boucles depuis quelques heures sur les réseaux sociaux.

L’ancien président Blaise Compaoré (posant ici avec son épouse Chantal Compaoré) s’est prononcé depuis son exil Abidjanais

«Je veux encourager toutes nos forces de défense et de sécurité dans leur combat, malgré les nombreux sacrifices qu’elles encourent», a en outre indiqué l’ancien chef de l’Etat.

 Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.