Le mouvement Balai citoyen a animé ce jeudi matin une conférence de presse au cours de laquelle il s’est prononcé sur plusieurs sujets d’actualité dont le procès du dossier Thomas Sankara qui s’ouvre lundi au Tribunal militaire de Ouagadougou.

«Le Balai Citoyen espère un procès exemplaire qui relèvera une fois de plus l’aura du Burkina Faso. Pour ce faire, chacun doit avoir le courage de s’assumer jusqu’au bout car le déni de nos responsabilités historiques nous condamne à jamais de pouvoir nous réconcilier avec notre histoire. Aussi, le Balai Citoyen ne souhaite pas voir se répéter les erreurs ayant émaillé l’organisation du procès du putsch». Ce sont là des propos sur le procès du dossier Thomas Sankara tenus les animateurs de la conférence du Balai citoyen ce jeudi matin au siège du Mouvement à Ouagadougou.
Retransmission radio-télévisée du procès
Et les conférenciers du Balai citoyen d’exhorter les autorités judiciaires à prendre «toutes les dispositions utiles pour une retransmission à la télévision et radio nationales de tout le procès afin que les Burkinabè vivant au Burkina Faso et à l’extérieur ainsi que l’ensemble des Africains puissent suivre, de bout en bout, ce procès historique ».
«Cette démarche s’inscrit purement dans un but pédagogique, car le Balai citoyen est convaincu que la diffusion de ce procès contribuera énormément à l’éducation citoyenne».
«un coup dur à l’anarchie, source de la corruption»
Le Balai citoyen s’est également prononcé sur la récente affaire de démantèlement de la contrebande de carburant.
«Cette action salvatrice porte un coup dur à l’anarchie, source de la corruption qui a pris pieds dans le secteur des d’hydrocarbures depuis des décennies, créant ainsi un terreau fertile au financement du terrorisme», se sont félicités les conférenciers, encourageant vivement les acteurs à poursuivre ce noble combat.
Par ailleurs, le Balai Citoyen a dénoncé une fois de plus le maintien de la fermeture des frontières terrestres et ferroviaires et exigé des gouvernements leur réouverture sans délai pour une libre circulation des personnes et des biens dans la région afin de soulager les populations souffrantes.

Christian Tas
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.