Le ministre du développement urbain, de l'habitat et de la ville, Bénéwendé Stanislas Sankara au cours de la conférence de presse

L’on en sait un peu plus sur l’état des opérations immobilières dans le pays au sortir de la présentation ce lundi 17 janvier 2022 à Ouagadougou des résultats des travaux du comité ad hoc au cours d’une conférence de presse co-animée par le ministre de l’Habitat et de la ville, Bénéwendé Stanislas Sankara et le président dudit comité, Camille Soubeiga.

Parlant de la situation de l’accaparement foncier au Burkina, le ministre du développement urbain, de l’habitat et de la ville, Bénéwendé Stanislas  Sankara avait comparé cela à un mouton de Tabaski que des immobiliers dépeçaient.

Et depuis ce lundi 17 janvier 2022, l’on en sait un peu plus sur l’état du dépècement, avec la présentation des travaux du comité ad hoc qui a analysé 400 projets immobiliers pour apprécier leur pertinence et régularité. C’était au cours d’un point de presse co-animé par le ministre Sankara et le président dudit comité, Camille Soubeiga.

‘’ L’objectif général du comité ad hoc est d’examiner les projets immobiliers réceptionnés par les services techniques de mon département en vue de leur approbation conformément aux textes en vigueur et aux exigences techniques. Si certains promoteurs immobiliers nous ont reproché le temps mis pour analyser leurs demandes d’approbation, aujourd’hui nous pouvons dire que le débat est clos avec le rapport de la commission ad hoc que nous allons rendre public’’, a indiqué d’entrée de jeu   le ministre Sankara.

’Plus de 23 000 ha sur 30 000 ha ont été libérés, selon le comité ad hoc

Ainsi selon les résultats, il ressort que sur la base des textes existants et en attendant l’adoption des nouveaux textes, le comité a pu atteindre des résultats appréciables libérant ainsi ‘’plus de 23 000 ha sur 30 000 ha mobilisés par les promoteurs immobiliers’’. En d’autres termes, plus de 23 000 ha libérés des ‘’griffes des dépeceurs .

Mesures préconisées pour la suite

En guise, les membres du comité ad hoc préconisent les mesures suivantes :

-notifier aux promoteurs par lettre, les résultats des travaux du comité ad hoc ;

-mettre en place une cellule d’information à l’intention des promoteurs immobiliers pour les vérifications et éventuelles réclamations sur la situation de leurs projets ;

-approuver les projets recevables après vérification de la capacité financière des promoteurs immobiliers concernés (105 projets) ;

-opérationnaliser l’Office national du contrôle des aménagements et des constructions (ONC-AC) en la dotant de moyens coercitifs pour la remise en état des sites des projets rejetés (295 projets) ;

-mettre à la disposition de la population la liste à jour des projets immobiliers conformes aux textes en vigueur pour les éventuelles acquisitions ;

-superviser les projets immobiliers approuvés pour assurer la qualité des constructions et des viabilisations.

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.