En marge de l’assemblée des Nations unies pour l’environnement sur les plastiques qui se tient du 28 février au 2 mars à Nairobi au Kenya ; les principaux groupes environnementaux ont appelé ce mardi les pays riches à fournir au moins 60 milliards de dollars par an pour lutter contre la perte de biodiversité dans les pays en développement. Plus de détails dans ce communiqué.

‘’Les principaux groupes environnementaux demandent aux pays riches de fournir au moins 60 milliards de dollars par an pour lutter contre la perte de biodiversité dans les pays en développement

Un chiffre basé sur la science est essentiel pour endiguer la vague de perte de biodiversité

NAIROBI, KENYA (1er mars 2022) – Les principaux groupes environnementaux ont convenu que les États-Unis, les pays de l’Union européenne, le Royaume-Uni, le Japon, le Canada et d’autres pays riches devraient soutenir un objectif d’au moins 60 milliards de dollars par an de financement international pour la biodiversité dans les pays développés. Pour arrêter la perte de biodiversité et parvenir à une économie favorable à la nature, cet effort de financement doit faire partie d’un ensemble plus large et holistique pour combler le déficit de financement de la biodiversité, y compris l’augmentation des financements nationaux et privés pour la biodiversité et l’élimination des investissements publics et privés qui sont nuisibles à la biodiversité.

Le chiffre recommandé de 60 milliards de dollars a été publié avant un important cycle de négociations des Nations Unies sur la biodiversité qui doit avoir lieu à Genève, en Suisse, ce mois-ci – un moment important sur la route du sommet final sur la biodiversité à Kunming, en Chine, plus tard cette année. En Chine, les délégués de plus de 190 pays se mettront d’accord sur une stratégie mondiale pour faire face à la crise de la biodiversité – le Cadre mondial de la biodiversité post-2020 (GBF). La stratégie biodiversité est considérée comme aussi importante pour le sort de la planète que l’Accord de Paris sur le climat de 2015.

Calculé en consultation avec d’éminents économistes et basé sur un nombre croissant d’études économiques sur les avantages d’investir dans la protection de la nature, le chiffre de 60 milliards de dollars aiderait à faire face à l’impact disproportionné des habitudes de consommation des pays riches sur la biodiversité. Les recherches montrent que 30 % des menaces mondiales à la biodiversité sont générées par le commerce international, en particulier le commerce des produits de base produits dans les pays en développement et destinés à être utilisés dans les pays développés. Les pays riches – dont les pays de l’Union européenne, le Royaume-Uni, la France et le Canada – et les philanthropes ont annoncé une augmentation du financement de la biodiversité ces derniers mois, mais les groupes environnementaux appellent à une ambition accrue pour atteindre l’objectif de 60 milliards de dollars.

Ce montant est limité au financement international pour la biodiversité – fonds envoyés aux pays en développement depuis les pays développés – et n’inclut pas le financement que les pays et les bailleurs de fonds privés doivent dépenser pour lutter contre la biodiversité au niveau national. Le besoin global pour faire face à la crise de la biodiversité est estimé à 844 milliards de dollars par an, soit 711 milliards de dollars de plus que ce qui est actuellement dépensé. Moins de 10 milliards de dollars de dépenses actuelles correspondent au financement international de la biodiversité.

Les organisations affirment que l’augmentation urgente de la finance internationale doit faire partie d’un effort holistique plus large visant à combler le déficit de financement mondial, notamment en alignant les flux financiers publics et privés sur une économie favorable à la nature, en éliminant les incitations néfastes, y compris les subventions, tout en créant positives, en augmentant le financement national pour la biodiversité dans les pays développés et en développement et en augmentant l’efficacité et l’efficience des ressources existantes. En outre, le secteur financier est un levier essentiel de la transformation vers un monde favorable à la nature, plusieurs institutions financières réclamant déjà des réglementations pour mesurer, évaluer et divulguer leurs dépendances et leurs impacts sur la biodiversité.

Les scientifiques ont insisté sur le fait que la fin de la crise de la biodiversité est aussi importante pour l’avenir de l’humanité que l’arrêt du réchauffement climatique. Une étude scientifique fondamentale de 2019 a révélé qu’un million d’espèces animales et végétales pourraient disparaître au cours des prochaines décennies. La sauvegarde de ces espèces et de leurs habitats ainsi que la garantie des avantages essentiels que la nature procure à l’humanité nécessiteront des financements dédiés, avec un accès équitable des pays en développement ainsi que des peuples autochtones et des communautés locales.

Les organisations à l’origine de cet appel à financement sont : BirdLife International, Conservation International, Campaign for Nature, l’Union internationale pour la conservation de la nature, Natural Resources Defense Council, The Nature Conservancy, Rainforest Trust, Wildlife Conservation Society, WWF et World Resources Institute.

Patricia Zurita, directrice générale de Bird Life International, a déclaré :

« Mettre fin à la crise de la biodiversité est aussi important pour l’avenir de l’humanité que l’arrêt du changement climatique. Pour arrêter la perte de biodiversité et parvenir à une économie favorable à la nature, nous devons combler le déficit de financement de la biodiversité. Le Cadre mondial pour la biodiversité post-2020, qui doit être approuvé à la COP de Kunming par plus de 190 pays cette année, est tout aussi important pour le sort de la planète que l’Accord de Paris sur le climat de 2015. Les pays riches devraient soutenir un objectif d’au moins 60 milliards de dollars par an de financement international pour la biodiversité dans les pays en développement. Cet effort de financement doit faire partie d’un ensemble plus large et holistique et inclure l’élimination des incitations néfastes, y compris les subventions, et d’autres mécanismes et outils financiers créatifs.

Brian O’Donnell, directeur de Campaign for Nature, a déclaré :

« Les nations riches doivent convenir d’une voie viable pour orienter au moins 60 milliards de dollars de financement public vers les pays en développement afin de prévenir les extinctions, de préserver l’eau potable et de maintenir les systèmes naturels sains sur lesquels les communautés comptent. Les nations riches sont à l’origine d’une grande partie de la perte de la nature dans les pays en développement par le biais de biens importés et ont la responsabilité de faire face à cet impact. Les nations économiquement riches doivent soutenir financièrement les nations riches en nature pour assurer un avenir sûr à toute vie sur terre.

James Roth, vice-président directeur de la politique mondiale et des affaires gouvernementales chez Conservation International, a déclaré :

«Les récents pourparlers sur le climat à Glasgow ont apporté de nouveaux engagements et financements pour l’action climatique, avec un fort accent sur le rôle de la nature en tant que solution. Alors que le monde se prépare à se réunir à Kunming, nous devons relever à nouveau notre ambition d’action et de financement pour la biodiversité. Ce financement est un investissement dans l’avenir que nous souhaitons tous – et aidera à relever les nombreux défis auxquels la planète est confrontée, notamment l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, la prévention des pandémies et la conservation de la nature dont nous avons tous besoin pour la nourriture et l’eau douce. C’est maintenant qu’il faut agir, il n’y a pas un instant à perdre. »

Le Dr Bruno Oberle, directeur général de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), a déclaré :

« La consommation des ressources dans le monde développé est l’un des principaux moteurs de la perte de biodiversité, mais ses conséquences sont principalement supportées par les communautés des pays en développement qui vivent dans des points chauds de la biodiversité. Fournir aux communautés locales et autochtones les moyens nécessaires pour conserver la nature n’est pas seulement une obligation morale, mais aussi un investissement judicieux qui générera des rendements élevés pour nous tous.

Marco Lambertini, directeur général de WWF International, a déclaré :« La production et la consommation non durables, en particulier de nourriture, continuent d’entraîner la perte de biodiversité à travers le monde. Pour évoluer vers une économie favorable à la nature, nous devons dépenser plus directement pour la conservation de la biodiversité et mettre fin à la pression exercée sur la nature par les flux financiers et les subventions nuisibles. Nous commençons enfin à comprendre que ce n’est pas seulement essentiel pour la nature : cela sauvegardera l’humanité, aidera à prévenir les pandémies et créera de nouveaux emplois essentiels. Avec le cadre mondial de la biodiversité en cours de négociation avant le sommet de la COP15 cette année, les pays riches ont la responsabilité morale de soutenir un objectif d’au moins 60 milliards de dollars de financement international pour la nature chaque année en Asie, en Afrique et en Amérique latine, dans le cadre d’un nécessaire stratégie globale de mobilisation des ressources. C’est vital si nous voulons inverser la perte de la nature’’.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.