Le Premier ministre Albert Ouédraogo (à gauche) recevant le cahier de doléances des syndicats

Vu du côté des centrales syndicales, ce 1er Mai 2022, fête du Travail, est considéré comme exceptionnel. Tenez ! Un Premier ministre avec presque tout son gouvernement mobilisé pour recevoir le message des organisations syndicales or il fût des moments dans ce pays où les responsables syndicats se sont retrouvés sans interlocuteur pour recevoir leur traditionnel message du 1er mai. Pour le PM Albert Ouédraogo, au-delà de ce rituel, le Gouvernement rassure le mouvement syndical de notre pays, qu’il prend à cœur, les questions qui sont contenues dans son cahier de doléances et réaffirme sa disponibilité au dialogue.

«Tout comme à ma prise de contact avec vous, le 13 avril dernier, je sollicite de nouveau l’accompagnement des organisations syndicales pour la réussite du processus de Transition en cours et à maintenir le dialogue dans ces moments difficiles que traverse notre Faso», a-t -il plaidé.

Voici l’intégralité du message du chef du gouvernement au monde syndical :

«Avant tout propos, je voudrais, au nom du président du Faso et de l’ensemble de mon Gouvernement, rendre un vibrant hommage aux travailleuses et travailleurs qui ont quitté cette terre, dont leurs actions ont contribué au rayonnement du monde du travail.

Je voudrais, à cet instant solennelle, souhaiter une bonne commémoration du 1er mai à l’ensemble des travailleurs du Burkina Faso. Je leur rends un vibrant hommage pour le travail colossal qu’ils abattent au quotidien, le plus souvent dans des conditions difficiles. C’est à la limite un sacerdoce, qui permet à notre pays, d’avancer sur les sentiers du développement.

Chers partenaires

En recevant votre cahier de doléances ce matin, je suis animé d’un sentiment de reconnaissance envers les partenaires sociaux, cette force d’écoute, pour le soutien que vous apportez à mon Gouvernement pour la réussite de la Transition et la consolidation de la vitalité du dialogue social dans notre pays. Je ne doute point de la pertinence des doléances soumises au Gouvernement.

Chers partenaires sociaux

C’est le lieu pour moi de rassurer l’ensemble des syndicats que leurs préoccupations seront examinées avec la plus grande attention et que leur résolution va se faire dans la limite de nos moyens. En tout état de cause, j’ai demandé à l’ensemble des départements ministériels, de ressortir les protocoles d’accords signés par l’Etat, pour examen diligent.

Au-delà de ce rituel, le Gouvernement rassure le mouvement syndical de notre pays, qu’il prend à cœur, les questions qui sont contenues de ce cahier et réaffirme sa disponibilité au dialogue.

Chers partenaires sociaux

C’est cet esprit qui a guidé la prise de contact que j’ai eue avec les syndicats et le patronat, le 13 avril dernier. Je tiens encore une fois de plus, à saluer l’ensemble du monde du travail, tant du privé que du public, pour les efforts consentis au quotidien, pour le développement de notre chère patrie.

Toute ma reconnaissance va également aux syndicats pour leur intérêt au dialogue social et pour leur constante disponibilité, pour en faire un instrument privilégié de renforcement de la gouvernance dans notre pays.

Chers partenaires sociaux

Tout comme à ma prise de contact, je sollicite de nouveau l’accompagnement des organisations syndicales pour la réussite du processus de Transition en cours et à maintenir le dialogue dans ces moments difficiles que traverse notre Faso.

Je vous remercie»

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.