Le 28 avril 2022 s’est tenu dans la salle de conférence de la mairie de Houndé, un atelier sur le contenu local dans les industries extractives du Burkina Faso. Initié par le Centre de gouvernance démocratique (CGD), cet atelier a pour objectif de présenter aux organisations professionnelles (Chambre consulaire, Association des commerçants, éleveurs et aux organisations de la société civile (femmes, jeunes, syndicats) le contenu local en matière de fournitures des biens et services dans les sociétés minières au Burkina Faso.

L’atelier sur le contenu local dans les industries extractives a été aisément animé par Monsieur Elie Kaboré, journaliste et expert des questions minières et le chargé de programme du CGD, Anselme Asseghna Somda

 Du contenu local, il ressort qu’il existe un éventail de mesures et mécanismes mis en place dans le cadre des conventions et contrats miniers pour contraindre les entreprises à s’impliquer dans le développement des communautés locales.

Le contenu local peut se mesurer en pourcentage de matériaux, de personnel, financement, biens et services produits et intégrés dans l’activité locale de l’entreprise. Il peut aussi se traduire par des investissements dans la formation des travailleurs locaux, notamment via des partenariats avec des universités du pays et des transferts de technologies.

Pour rendre le contenu local effectif au Burkina Faso, des dispositifs réglementaires ont été mis en place. D’où le décret 2021-1142 portant conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret vise à contraindre les sociétés minières à promouvoir les fournitures locales des biens et services miniers, faciliter le transfert des compétences et technologies au profit des nationaux, permettre aux nationaux de profiter au mieux des opportunités qu’offrent le secteur minier. Ce décret est assorti d’un arrêté 2021-372/MTEML/MEFP/MDIAPME du 3 décembre 2021 portant établissement de la liste des biens et services fournis aux sociétés minières.

Le décret stipule que les sociétés minières ont obligation de publier leurs plans annuels de besoins des biens et services afin de permettre aux entreprises locales de soumissionner.

L’atelier a été salué par les participants car il a été très instructif notamment le décret qui vient soulager la souffrance de commerçants de Houndé qui ne se sentent pas pris en compte par la société minière Houndé Gold Opération SA.

Aussi les bases d’un dossier de plaidoyer ont été jetées afin de recueillir les doléances des organisations professionnelles. Ce plaidoyer sera soumis auprès du DG de HGO. Le dossier sera finalisé par le CGD et sera conduit par la chambre consulaire et les OSC de Houndé.

L’atelier sur le contenu local dans les industries extractives a été aisément animé par Monsieur Elie Kaboré, journaliste et expert des questions minières et le chargé de programme du CGD, Anselme Asseghna Somda. 

Gafoura Guiro/ Houndé

 Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.