Le président du Faso, Paul Henri Sandaogo Damiba a reçu ce 4 mai en audience l’ambassadeur Ibrahim El-Khouli

Malgré les changements de régimes de part et d’autre, les relations entre le Burkina Faso et la République Arabe d’Egypte n’ont cessé de se renforcer pour couvrir aujourd’hui plusieurs domaines : le commerce, l’industrie, l’agriculture, l’énergie, l’éducation, le social et la sécurité, etc. En poste depuis le 18 février 2021, Son Excellence Ibrahim El-Khouli entend inscrire son action dans ce dynamisme continu de l’axe Ouaga-Le Caire. Ambassadeur El-Khouli l’a réaffirmé ce mercredi 4 mai à Kosyam, lors de l’audience à lui accordée par le Président du Faso, Paul-Henri Sandaogo Damiba.

Ambassadeur Ibrahim El-Khouli, se prêtant à la presse à sa sortie d’audience à Kosyam ce 4 mai 2022

 

  «On a discuté des relations historiques et privilégiées entre le Burkina Faso et l’Egypte, ainsi que de l’état de la coopération technique très intense et diversifiée qui existe entre l’Egypte et le Burkina Faso qu’on compte intensifier dans les périodes à venir », a déclaré l’Ambassadeur de la République Arabe d’Egypte à sa sortie d’audience. Propos de Son Excellence Ibrahim El-Khouli, Ambassadeur de la République Arabe d’Egypte, à sa sortie d’audience ce 4 mai avec le le Président du Faso, Paul-Henri Sandaogo Damiba.

En poste à Ouagadougou depuis le 18 février 2021, le diplomate égyptien entend ainsi contribuer à l’intensification des relations entre nos deux pays.  Faut-il le rappeler, la coopération entre l’Egypte et le Burkina touche plusieurs domaines :  le commerce, l’industrie, l’agriculture, l’énergie, l’éducation, le social et la sécurité, etc.

Confronté à l’insécurité et au terrorisme, le Burkina Faso gagnerait à renforcer ses relations avec l’Egypte, la plus puissante armée du continent, qui dispose d’une certaine expérience en la matière. Le Caire est également un poids lourd du continent en matière d’agriculture, d’irrigation, d’infrastructures socioéconomiques.

L’Egypte travaille également à prendre de plus en plus de responsabilités sur la question du changement climatique. Ainsi, le pays de Gamal Abdel Nasser se prépare à accueillir, du 7 au 18 novembre 2022 à Charm el-Cheikh, en bord de Mer rouge, la vingt-septième Conférence des Nations-Unies sur la question (COP 27).

Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.