Malgré sa proximité supposée avec le pouvoir, Dr Seydou Ra- Sablga Ouédraogo a gardé sa liberté de jugement et de parole

L’intellectuel patriote burkinabè que l’on ne présente plus, constant dans ses prises de position quant il s’agit de l’intérêt de la Nation, l’immense Dr Seydou Ra- Sablga Ouédraogo, directeur exécutif de l’Institut FREE Afrik, a donné ce dimanche une nouvelle alerte sur la situation nationale, évoquant les risques de conflits communautaires si rien n’est fait pour arrêter la montée de la spirale de la violence dans notre pays.

 Dr Seydou Ra- Sablga Ouédraogo s’exprimait ainsi ce 17 juillet 2022 dans l’émission ‘’Dimanche Politique’’ de notre confrère «Oméga Radio ».

Dr Seydou Ra- Sablga Ouédraogo, fidèle à ses prises de position quant il s’agit de l’intérêt de la Nation, a en effet exhorté les autorités à un sursaut dans la gestion de la crise sécuritaire pour éviter que des tensions entre populations ne débouchent sur des conflits communautaires, voire à un génocide. Rappelant que le recrutement, l’enrôlement des Burkinabè dans les groupes terroristes avait par exemple pris de l’ampleur avec le mauvais traitement de Yirgou par les anciennes autorités.

Présenté au début de l’avènement du MPSR comme conseiller du président Damiba, certains allant même jusqu’à voir en lui le Premier ministre de la Transition, Dr Seydou Ra- Sablga Ouédraogo a quand même gardé sa liberté de jugement et de parole qui l’a toujours caractérisé.

C’est ainsi, pour ne citer que cet exemple, qu’au lendemain de l’adoption le 1er mars dernier de la Charte de la Transition ; il alertait déjà dans une tribune datée du 2 mars sur ce qu’il qualifiait de «déséquilibres majeurs qui minent la Transition». «La Charte de la Transition doit poser un socle fondateur solide sur lequel s’appuyer pour lutter contre le terrorisme, redresser la gouvernance et bâtir notre Nation. Ce socle fragilisé ne servira que l’instabilité du pays», préconisait-il dans cette tribune du 2 mars 2022.

Aujourd’hui, avec l’enlisement de la situation sécuritaire, la multiplication des appels des acteurs politiques pour une Transition inclusive ; l’on ne peut pas dire que le directeur exécutif de l’Institut FREE Afrik prêchait le faux. C’est pourquoi, les autorités, le pays gagneraient, peut-être, à toujours prêter attention à ses alertes, ses prédictions.

Martin Philippe

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.