Photo de famille des officiels et membres de la commission interministérielle installée

Au Burkina Faso, pour la seule ville de Ouagadougou, les sociétés immobilières ont réussi à mobiliser plus de 30 000 ha, soit 300 fois la ‘’cité des 1200 logements’’ construite sous la Révolution, soit encore plus de 600 000 parcelles. Le gouvernement de la Transition en installant officiellement ce lundi les membres de la commission interministérielle, chargée de donner un avis sur la cession des terres du domaine privé de l’Etat, destinées à la promotion immobilière, s’attaque à cet accaparement des terres.

Au regard de l’importance que revêt cette question pour la Transition, c’est le Premier ministre Albert Ouédraogo himself qui a présidé la cérémonie d’installation, rappelant toutes les attentes du gouvernement vis-à-vis de la commission installée.

le Premier ministre Albert Ouédraogo himself qui a présidé la cérémonie d’installation

«Vous constituez un maillon important de la chaîne de consolidation des réformes du foncier urbain et rural. Par conséquent, je vous invite d’une façon spéciale, à observer lors de vos différents travaux, les valeurs inscrites dans la charte des valeurs de la Transition en vue de réussir cette noble mission que la nation burkinabè vous a confiée. Il s’agit notamment des valeurs de référence, à savoir le patriotisme, l’intégrité, l’honnêteté, la transparence, qui doivent constituer votre boussole.  Vous n’avez pas le droit de faillir à cette mission essentielle dans la construction d’un Burkina Faso nouveau que nous appelons de tous de nos vœux, pour les générations actuelles et futures.

Je vous adresse tous les encouragements du Gouvernement, tout en vous rassurant que nous ne ménagerons aucun effort pour vous accompagner dans l’atteinte de cet objectif.».

C’est là l’adresse ce lundi 18 juillet du Premier ministre Albert Ouédraogo aux membres de la commission interministérielle, chargée de donner un avis sur la cession des terres du domaine privé de l’Etat, destinées à la promotion immobilière. C’était au cours de la cérémonie officielle de leur installation placée sous la présidence du chef du gouvernement. 

Vers la fin de l’accaparement des terres par les promoteurs immobiliers ?

«La présente cérémonie d’installation marque de façon solennelle le lancement des réformes annoncées dans le secteur foncier par mon gouvernement. Elle se tient dans un contexte de refondation de l’Etat sur des valeurs d’intégrité, de transparence et de responsabilité. Une telle dynamique conduira sans doute, à plus de justice sociale.

C’est le lieu pour moi, de souligner que nous sommes en présence d’un chantier majeur de la Transition, engagée dans de vastes réformes dans différents secteurs, y compris en matière de foncier urbain et rural.

C’est pourquoi, conformément aux orientations du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Paul-Henri Sandaogo Damiba, je saisis cette agréable occasion pour inviter tous les acteurs à observer la rigueur nécessaire pour relever ce défi qui se pose à nous. Il s’agit, dans un élan patriotique, dans un esprit de justice sociale et suivant une démarche de patience, d’aller avec assurance jusqu’au bout de ce processus », a indiqué le PM Ouédraogo dans son discours d’installation.

Evoquant l’accaparement des terres, le chef du gouvernement a relevé que des superficies démesurées pouvaient être mobilisées par les promoteurs immobiliers. Cet accaparement pouvant atteindre 700 ha.

«Les sociétés immobilières ont mobilisé plus de 30 000 ha à Ouagadougou soit 300 fois la «cité des 1200 logements. Ce qui correspond à plus de 600 000 parcelles». Et si les membres de la commission installée jouent pleinement leur rôle, l’on devrait en principe tendre vers la fin de cet accaparement des superficies dans nos villes et campagnes par les promoteurs immobiliers.

Christian Tas

Burkina Demain

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.